FORUM DE COORDINATION NATIONALE ETUDIANTE

Le lieu de convergence des informations sur les luttes.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionforum de la coordination lycéenne

Partagez | 
 

 libéralisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Bill



Masculin Nombre de messages : 95
Age : 34
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: libéralisme   Jeu 24 Jan - 17:27

Citation :
c'est bien c'est beau... mais la société ce
n'est pas l'Etat mais les individus qui la compose. Or, ces derniers
peuvent se developper, échanger et avoir des relations diverses sans
l'intervention de l'Etat dans tout les domaines pour peut que la
securité et la justice soient assurés.
J'ai jamais dit que la société c'était l'Etat. L'Etat en France n'est qu'une construction de la société, créée pour lui permettre de faire respecter des choix communs décidés dans le cadre d'un système politique donné.

L'étendue et la forme des règles ainsi créées n'est que le résultat de cette expression politique. Chaque économiste ou philosophe y est allé de sa petite théorie, mais il n'y a pas "en soit" de périmètre inscrit dans le marbre sur ce que doit faire l'Etat ou ce dont il ne doit pas s'occuper.

Citation :
j'ai jamais dit ça. j'ai simplement dit que les
entreprises qui reussissaient étaient lourdement taxés. Je rajouterai
que ça n'encourage pas l'innovation, la recherche et lde maniere
general, l'effort productif.
Lourdement c'est vague... qui doit décider qu'un taux d'imposition serait trop élevé ? sur quels critères ? il existe en plus certaines exonérations pour les jeunes entreprises, celles qui veulent embaucher etc. ça fait des années que la droite comme la gauche d'ailleurs nous pondent des réformes sur ce sujet.

Après on a comme je le disais un certain modèle "social" qu'il faut bien financer quelques part, et les entreprises comme les salariés y contribuent.

En dehors du "modèle social", pragmatiquement ne faut aussi pas oublier que les taxes financent des actions ou des services qui profitent directement et indirectement aux entreprises. Sans des années de constructions de routes, de lignes électriques ou téléphoniques de la part des pouvoirs publics, certaines entreprises n'existeraient même pas. Si du jour au lendemain on sucre la moitié des transports en commun, des services de santé ou d'éducation des territoires où elles sont installées, je ne suis pas sûr que l'économie réalisée sur l'imposition leurs soient si profitables que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marc
Invité



MessageSujet: Re: libéralisme   Jeu 24 Jan - 23:42

Citation :
Lourdement c'est vague... qui doit décider qu'un taux d'imposition serait trop élevé ? sur quels critères ?

la france, leader mondial de l'impot.
prelevement obligatoire 55%

impot sur les benefice des entreprises 45%..
Revenir en haut Aller en bas
Bill



Masculin Nombre de messages : 95
Age : 34
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: libéralisme   Ven 25 Jan - 15:49

Notre système n'est pas parfait, mais ne l'évaluer qu'à travers les prélèvements obligatoires est assez hasardeux.

Ce qu'on appelle "prélèvements obligatoires" s'est stabilisé autour de ~45% depuis 10 ans. Ils ne sont pas effectués que sur les seules entreprises mais par tous les acteurs économiques.

Pour moitié ils sont utilisés pour financer notre protection sociale, dont la première dépense concerne la branche maladie, suivi de la branche vieillesse, puis famille, puis accidents du travail et maladies professionelles.

Donc avant de faire des comparaisons, autant savoir ce qu'on compare. Si des pays comme les Etats-Unis ont un taux de cotisations sociales moins élevées que chez nous, les employeurs s'acquitent en échange du paiement d'assurances privées très coûteuses.

Est-ce que ce système fonctionne mieux que le notre ? L'OMS ne semble pas de cet avis en classant en 1er au monde le système de santé France dans son rapport de 2000. les Etats-Unis bien que dépensant plus par habitants pour la santé n'obtiennent pas les mêmes résultats
http://www.destinationsante.com/fr_depeche.php?id_rubrique=327&id_article=23966&cat=1

La raison est que 46 millions d'habitants ne possèdent pas de couverture sociale, et que le coût des soins y est très élevé. Compter 200$-1000$ pour une simple consultation, une journée d'hopital 3000$, une appendicite ou un accouchement 30 000$...

Quand à l'impôt sur les sociétés (impôt sur les bénéfices) il est de 33% maximum en France, avec des exonérations nombreuses pour certaines situations.
http://www2.impots.gouv.fr/documentation/livretfiscal/Dexo.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe-73



Masculin Nombre de messages : 167
Age : 28
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: libéralisme   Ven 25 Jan - 16:53

Ne sont pas comptés: les frais d'URSSAF qui tombent tous les mois meme quand tu n'as pas de salarié (pour nous quelques choses comme 240€), les frais banquaires liés aux lenteurs administratives (quand tu encaisse un cheque vacance tu avance l'argent jusqu'à ce que l'état te rembourse, ce qui peux prendre plusieurs semaine, nous après presque 3mois d'existence on a toujours pas eu les premiers remboursements)....

Ah oui mais quand tu compte bien pour une entreprise qui commence par payer 33% d'impots (t'as vu tes conditions d'exonération? les zones franches ou spécifiques, les JEI et les poles de competitivité (faut qu'ils m'expliquent comment ils considerent qu'on est dans un pole de compet, celui que je connais le mieux étant répartit sur toute la région, toute entreprise s'installant en Rhone-Alpes est donc concernée?), qui ensuite paye 45% dès qu'il embauche quelqu'un (n'importe la raison), qui doit payer ses fournisseurs, son local...

Tu m'étonnes que 90% des entreprises passent pas 3ans, il en faut 10 pour commencer si t'as de la chance à faire des bénef!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill



Masculin Nombre de messages : 95
Age : 34
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: libéralisme   Ven 25 Jan - 18:00

Sur 100€ collectés par l'URSSAF, c'est... 0.35€ qui sont utilisés pour leurs fonctionnements... Quand à l'impôt sur les sociétés à quel moment il est de 45% je comprend pas ce que tu veux dire ?

Ensuite, les exonérations ou allègements de charges existent aussi sur les bas salaires, les heures supplémentaires etc. Je suis pas un spécialiste de la fiscalité d'entreprise, mais il y a de nombreux dispositifs ou choix à faire concernant le meilleur régime fiscal par exemple, pour lesquels l'administation ou les CCI peuvent te conseiller.

Ensuite la capacité à "faire des bénéf" ne dépend pas uniquement de la pression fiscale hein... le nombre d'entreprises qui se plantent est aussi élevé dans d'autres pays.

Enfin je vais prendre un exemple un peu provoc, mais qu'un chef d'entreprise ne puisse pas se verser 10 000€ au bout de 5 ans d'activités alors que certains employés qui se défoncent depuis 40 ans finissent tout juste à 2000€, non ça ne me choque pas.

Le dynamisme économique et la réussite personelle sont un des moteurs du financement de notre modèle social, loin de moi l'idée de les mettre au placard. En revanche lorsqu'ils existent sans garantir ce modèle social, il n'ont plus leurs places dans une société à mon sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe-73



Masculin Nombre de messages : 167
Age : 28
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: libéralisme   Ven 25 Jan - 18:17

Et qu'après 2ans d'activité un chef d'entreprise ne puisse pas se verser de salaire et soit obligé de travailler à coté? C'est ça que j'appel faire du bénef, c'est pouvoir une fois toutes taxes payées avoir une marge pour réinvestir, se développer, et avoir un salaire. En ce moment le magasin il tourne comme ça: jess et seb comme propriétaires qui bossent à coté pour le financer, max et clem qui sont chomeurs et qui le font tourner sans rien toucher.

Donc SANS PAYER DE SALAIRE ni ne toucher rien du tout ils sont meme pas à l'équilibre et doivent apporter une bonne part de leur salaire d'à coté. On calculait l'autre jour que d'ici 18mois on arriverait à un point d'équilibre mais toujours sans avoir de marges pour embaucher, investir ou pouvoir en vivre. Tu trouves ça normal? Et encore heureux que clem et max n'ayant pas de job puissent aider, quelqu'un qui n'a pas ses freres à coté ne peux pas y arriver!!!

Ensuite, qu'est ce que j'en ai à foutre moi que l'URSSAF ne savent pas gerer leur argent? c'est pas aux entreprises à payer pour la mauvaise gestion de l'état!!!!

Pour l'impot sur les sociétés je t'explique juste que quand on fait un bilan, qu'on retire déja les taxes pro, on a produit une base de 1000 il reste 650, on paye 200 un salarié il reste 450 mais pour tout salarié tu as au minimum 45% de prélevements obligatoires il te reste donc 390. Tu payes tes fournisseurs -300, il te reste 90, merde le local il faut payer 100 bahhh t'es en déficit de -10. Et la tu part sur un barem de 1000, la moyenne de CA d'une entreprise tourne plus autour de 15-20 000€ par mois bruts. Direct ça fait beaucoup plus!

Les prélevements obligatoires sont en partie justes vu que basée sur les salaires, par contre l'impot sur les sociétés est une connerie monumentale, car alors qu'elles pourraient se développer en embaucher, plus elles réussissent plus les entreprisent sont taxées. Le bilan au final à mon avis est que l'impot sur les sociétés est un impot contre-productif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill



Masculin Nombre de messages : 95
Age : 34
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: libéralisme   Ven 25 Jan - 18:49

Jess, Clem, le magasin chez pas quoi tu parles de quoi là exactement ?

En plus le sujet de départ était relatifs aux prélèvements obligatoires il me semble. Qu'il y ait des aménagements, qu'on fasse plus payer certaines boites que d'autres en difficultés oui pourquoi pas. Que de grosses entreprises s'arrangent par le jeu des filiales pour échapper à l'impôt sur les sociétés en France alors que les petites non, impliquerait une réforme de celui-ci peut-être aussi.

Mais c'est du cas par cas, on peut pas dire de but en blanc "c'est l'impôt le problème de notre économie". Si une entreprise échoue c'est forcément à cause de la pression fiscale. Il y a quand même beaucoup d'entreprises qui réussissent quand même, grosses comme petites, on a pas le PIB de l'Ethiopie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe-73



Masculin Nombre de messages : 167
Age : 28
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: libéralisme   Ven 25 Jan - 19:03

oui on a 10% d'entreprises qui passent le cap des premières années et qui survivent Wink . C'est assez selon toi?

Après il peu y avoir plusieurs raisons d'échec: concurrence, mauvais créneau, mauvaise gestion, mais avant tout le premier probleme c'est les charges.

La je te parlais en prenant un exemple concret, le magasin que viennent de lancer des amis à moi ou j'aide un peu et donc que je connais par coeur: concurrence, on la subit de plein fouet mais ça se gère. Le créneau on est pas mal on attire un certain type de clientele plutot jeune et plutot friquée donc ça va. La gestion c'est une grande famille commercante ils ont ça dans les veines. Et pourtant... ils peinent. Un peu comme 90% des petites entreprises, restauration en tete. Du coté des auto-écoles j'en parlait il y a quelque temps avec le proprio de la mienne ils galerent comme pas possible aussi ect ect ect.

Ce n'est pas le seul probleme, mais c'est le seul sur lequel on puisse agir!!! on ne peut pas empecher un entrepreneur de se planter de créneau, de s'implanter dans une zone ou la concurrence est trop rude, par contre on peut l'empecher d'avoir son budget trop affaiblit à la fin de chaque mois!!!!

D'ailleur un truc qu'on évoque jamais en france, pour étudier une entreprise, on parle CA, bénéfice, mais on ne regarde jamais un facteur extremement important : les marges. Elle est la la clef du probleme, pour que nos entreprises ses développent et embauchent il faut qu'elles dégagent des marges!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marc
Invité



MessageSujet: Re: libéralisme   Ven 25 Jan - 19:06

Citation :
Quand à l'impôt sur les sociétés à quel moment il est de 45% je comprend pas ce que tu veux dire ?

l'impot sur les benefices des microentreprises est de 45%.

Citation :

Ensuite, les exonérations ou allègements de
charges existent aussi sur les bas salaires, les heures supplémentaires
etc. Je suis pas un spécialiste de la fiscalité d'entreprise, mais il y
a de nombreux dispositifs ou choix à faire concernant le meilleur
régime fiscal par exemple, pour lesquels l'administation ou les CCI
peuvent te conseiller.

oui notament pr les chomeurs de moins de 25 ans, il y a des aides... mais compté sur l'administration ou une tierce personne pour nous aidez, c'est... mal connaitre le fonctionnement des entreprises..

Citation :
Enfin je vais prendre un exemple un peu provoc,
mais qu'un chef d'entreprise ne puisse pas se verser 10 000€ au bout de
5 ans d'activités alors que certains employés qui se défoncent depuis
40 ans finissent tout juste à 2000€, non ça ne me choque pas.
pourtant les risques pris n'ont pas d'egale..


Citation :
Le
dynamisme économique et la réussite personelle sont un des moteurs du
financement de notre modèle social, loin de moi l'idée de les mettre au
placard. En revanche lorsqu'ils existent sans garantir ce modèle
social, il n'ont plus leurs places dans une société à mon sens.
le dynamisme économique depend des individus, or si tout est fait pour entraver ce dynamisme, on est a contre sens...

Citation :

que de grosses entreprises s'arrangent par le jeu
des filiales pour échapper à l'impôt sur les sociétés en France alors
que les petites non, impliquerait une réforme de celui-ci peut-être
aussi.
et comme il serait absurde de faire des lois differentes celon qu'on ainet pu prosperer ou pas, aucun eviter les distriminations.

Citation :

Mais c'est du cas par cas, on peut pas dire de
but en blanc "c'est l'impôt le problème de notre économie". Si une
entreprise échoue c'est forcément à cause de la pression fiscale. Il y
a quand même beaucoup d'entreprises qui réussissent quand même, grosses
comme petites, on a pas le PIB de l'Ethiopie !
non pas seulement les prelevement, mai segalement les reglementations, qui paralyse toute dynamique d'entreprise..
car en plus de payer ses salariés chers, il faut essayer de prevoir comment l'entreprise va evoluer pour ne pas etre en sureffectif.. ( car vu comme il etss compliquer de licencier en france, c'est aller vers une mort certaine )
sans parler des prudhommes qui dans 95% des cas donne raison au salarié.
Revenir en haut Aller en bas
daphy

avatar

Féminin Nombre de messages : 160
Age : 27
Date d'inscription : 29/11/2007

MessageSujet: Re: libéralisme   Sam 26 Jan - 22:22

un petit article apparu dans le monde intéressent :

"Quel nom donner au sarkozysme ? Après l'ouvrage d'Alain Badiou - De quoi Sarkozy est-il le nom ? (Lignes, 14 euros) - qui taxait le président de la République de "pétainisme rampant",
c'est aux militants de la Ligue communiste révolutionnaire, réunis en
congrès à Saint-Denis, de se poser la question. Rupture à droite, voire
"contre-révolution conservatrice" ou simple durcissement du
projet libéral : les termes du débat ont opéré une césure au sein de
l'organisation trotskiste entre une majorité refusant de "dramatiser" la victoire du candidat UMP en mai 2007 et une minorité qui assure que M. Sarkozy est lancé dans une entreprise de "démolition" des valeurs traditionnelles de la société française.

La minorité emmenée par Christian Picquet avait d'emblée posé le décor
de son analyse dans sa plate-forme soumise aux congressistes. Le
sarkozysme est, à ses yeux, une droite "nouvelle"
dans la lignée de Margaret Thatcher et George Bush, rompant avec le
chiraquisme. S'inspirant de la droite néoconservatrice américaine, la
démarche de Nicolas Sarkozy opère une "rupture" avec l'histoire de la "nation politique" française, son modèle social, les acquis du Conseil national de la Résistance."C'est une volonté de déclarer une guerre totale au modèle républicain français et à l'idée même de démocratie", a lancé M. Picquet. Il en veut pour preuve la volonté d'imposer "un retour à une société d'ordre et de valeurs", "la prééminence des religions" donnant aux différentes confessions le soin de "l'encadrement moral de la société" et les "attaques sans précédent contre le mouvement ouvrier". "Il faut comprendre la gravité de ce à quoi nous sommes confrontés", insiste Francis Sittel, membre du même courant.


"RÉSISTANCES SOCIALES"

La direction refuse un tel pessimisme. Pour les animateurs, il y a une "continuité" dans la politique de la droite. "Sarkozy a fait un pas de plus, mais l'offensive avait été ouverte par Balladur et Fillon", estime Yvan Lemaître. "Il y a une accélération, mais pas de rupture",
renchérit Christine Poupin, membre du bureau politique. D'autres
proches d'Olivier Besancenot ne rejettent pas le terme de rupture. Mais
avec un bémol : "Sarkozy n'est pas Thatcher. Il n'a pas cassé les résistances sociales", tempère François Sabado."
Sylvia Zappi

Article paru dans l'édition du 27.01.08.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
daphy

avatar

Féminin Nombre de messages : 160
Age : 27
Date d'inscription : 29/11/2007

MessageSujet: Re: libéralisme   Sam 26 Jan - 22:38

dsl de couper la conversation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philippe-73



Masculin Nombre de messages : 167
Age : 28
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: libéralisme   Dim 27 Jan - 0:01

Sarkozy n'a pas le courage de Tatcher, n'a pas l'envergure de Turgot et n'a pas la vision d'avenir de Mart Laar... Pour prendre trois exemples de trois époques différentes!!!!

Quand à dire que c'est du pétainisme rampant, de la part de fascistes rouges, c'est une insulte aux milliers de morts sous Vichy... On ne va pas refaire le débat on atteint le point Godwin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
daphy

avatar

Féminin Nombre de messages : 160
Age : 27
Date d'inscription : 29/11/2007

MessageSujet: Re: libéralisme   Dim 27 Jan - 0:18

tant que le ligue n'est pas au pouvoir tu ne peux dire que ce sont des "fascistes rouges", (ligue différent des communistes en général mais encore plus des staliniens..) fait gaffe aussi aux termes que tu utilise quand tu parles de fascsites rouges regarde avant ce que c'est la lcr
comme t'as pu lire ils ne sont pas tous d'accord sur cette qualification.. "pétainisme rampant" signifie bien que l'action de pétain sous vichy n'y est pas et loin de là vu qu'il est "rampant".. c'est à dire lent. c'ets du moins ce que j'ai compris.

en tout cas le point commun avec vous c'est que les personnes de la lcr aussi qualifie ce gouvernement de "conservateur", pas tres dur à comprendre c'est vrai .

mais plutot que de faire de l'anti communisme primaire analyse ce qui est dit..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill



Masculin Nombre de messages : 95
Age : 34
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: libéralisme   Dim 27 Jan - 0:24

Citation :
l'impot sur les benefices des microentreprises est de 45%.
Je suis pas spécialise mais après lectures d'infos sur le net, le bénéfice des "micro-entreprises" n'est pas soumis à l'impôt sur les sociétés non ? Ce régime fiscal introduit divers abattements pour calcul le bénéfice est imposé dans le cadre de l'impôt sur le revenu :
http://www.impots.gouv.fr/portal/dgi/public/professionnels.impot?pageId=prof_bic&espId=2&impot=BIC&sfid=50

Citation :
oui on a 10% d'entreprises qui passent le cap des premières années et qui survivent . C'est assez selon toi?
Je sais pas, à partir de combien décide-t-on que c'est "assez" ? sur quels critères ? On pourrait dire la même chose du taux de transformations de CDD en CDI... Et les autres pays en Europe c'est quoi leurs chiffres ?

Citation :
pourtant les risques pris n'ont pas d'egale..
Il faut mesure garder, certains risques pris à un moment donné ne justifient pas certains écarts de revenus pouvant eux persister pendant toute la durée de vie de l'entreprise.

Citation :
et comme il serait absurde de faire des lois
differentes celon qu'on ainet pu prosperer ou pas, aucun eviter les
distriminations.
Je suis pas d'accord; une entreprise en rythme de croisière est moins fragile qu'une jeune entreprise au carnet de commande fluctuant.

Citation :
car en plus de payer ses salariés chers, il faut
essayer de prevoir comment l'entreprise va evoluer pour ne pas etre en
sureffectif.. ( car vu comme il etss compliquer de licencier en france,
c'est aller vers une mort certaine )
sans parler des prudhommes qui dans 95% des cas donne raison au salarié.
C'est vrai que le travail temporaire et les CDD sont absolument pas développés en France... quand aux prudhommes si dans 95% des cas c'est le salarié qui est dans son droit, 95% des décisions seront rendues en sa faveur. Sur quoi tu te bases pour affirmer qu'ils font mal leur boulot ?

Citation :
Après il peu y avoir plusieurs raisons d'échec:
concurrence, mauvais créneau, mauvaise gestion, mais avant tout le
premier probleme c'est les charges.
Ben le problème c'est les charges... les dépenses obligatoires c'est toujours un problème ! Tout le monde, salariés, entreprises comme administrations trouvent que c'est toujours trop élevé.

Le truc c'est qu'on ne taxe pas les gens et les entreprises pour le plaisir, si on baissait de 50% les charges sur toutes les entreprises, où prendrait-on l'argent manquant ? Les bénéfices dégagés par le surplus d'activité n'irait pas forcément à 100% dans de l'investissement, des salaires ou des embauches ! Quand bien même ça serait le cas, ce mouvement prendrait peut-être des années... en attendant comment tu continues à financer notre système de santé, nos retraites, tous les retards en matière de logement, de services publics, etc. en creusant encore plus la dette ?

On va pas en 3 posts remplacer des débats déjà faits pendant des années par des tas de spécialistes, mais "baisse des charges = amélioration de la qualité de vie" n'est pas forcément une évidence mathématique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marc
Invité



MessageSujet: Re: libéralisme   Dim 27 Jan - 3:38

Je suis pas spécialise mais après lectures
d'infos sur le net, le bénéfice des "micro-entreprises" n'est pas
soumis à l'impôt sur les sociétés non ?

aucune idée du nom mais sur le benefice d'une microentreprise, l'Etat prend 45%.

Citation :
Je suis pas d'accord; une entreprise en rythme
de croisière est moins fragile qu'une jeune entreprise au carnet de
commande fluctuant.

c'est le mythe de la necessité de proteger les entreprises dans l'enfance. le probleme, c'est qu'il s'agit d'investissement. et par definition, ces derniers ont pour objectifs d'etre profitable a long terme. les pertes a court termes ne sont donc pas anormales.
or, proteger ces entreprises dans l'enfance, c'est refuser de comprendre le fonctionnement de l'investissement et perturber son bon deroulement.

Citation :
Ben le problème c'est les charges... les
dépenses obligatoires c'est toujours un problème ! Tout le monde,
salariés, entreprises comme administrations trouvent que c'est toujours
trop élevé.
en France, ça reste pas bien compliquer de trouver cela trop elevé, on est champion du monde.. ( faut bien etre leader quelque part Wink )

Citation :
Le truc c'est qu'on ne taxe pas les gens et les
entreprises pour le plaisir, si on baissait de 50% les charges sur
toutes les entreprises, où prendrait-on l'argent manquant ?
cf la courbe de laffer.
un taux d'imposition réellement plus faible, donne des recettes fiscales egales sinon plus elevés, grace notament à une hausse de l'activité.
ce n'est pas du maraboutage mais une realité économique, resultat de l'action d'individus rationels.
( ex USA, estonie, nouvelle zelande, etc.. )


donc, pas de probleme de financement de la dette ou de manque d'argent...

Citation :

On
va pas en 3 posts remplacer des débats déjà faits pendant des années
par des tas de spécialistes
c'est marrant, en france, il faut tjs que ça viennent de specialiste pour etre consideré comme eventuellement possible.. c'est un peu cette espèce de sentiment d'etre plus inteligent que les autres..
seulement voilà, accumuler les commissions, grenelles et autres expertises de nos pro "made in france", ça n'a jamais rien donné.

les solutions existentes, elles sont libérales. et de surcroit simple a mettre en oeuvre, pour peut qu'on au du courage politique.
Revenir en haut Aller en bas
Bill



Masculin Nombre de messages : 95
Age : 34
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: libéralisme   Mar 29 Jan - 18:32

Citation :
aucune idée du nom mais sur le benefice d'une microentreprise, l'Etat prend 45%.
Ben balances une source je sais pas, qu'on s'endorme moins con ce soir lol

Citation :
les pertes a court termes ne sont donc pas anormales.
or,
proteger ces entreprises dans l'enfance, c'est refuser de comprendre le
fonctionnement de l'investissement et perturber son bon deroulement.
Sauf que quand on a pas les épaules pour amortir un choc au moment où on est le plus fragile ça peut être fatal. Mais si je comprends bien tu es un peu en opposition avec Philippe sur ce point, qui lui se désespère du nombre de petites entreprises mortes nées. Chez toi c'est un peu le darwinisme économique, veut mieux soutenir celles qui réussissent que les plomber au bénéfice de celles amenées à échouer de toute manière, car mal positionnées ou mal gérées.

Citation :
en France, ça reste pas bien compliquer de
trouver cela trop elevé, on est champion du monde.. ( faut bien etre
leader quelque part )
Sur l'impôt sur les sociétés ? non on est pas détachés de la moyenne de nos voisins européens
http://www.linternaute.com/savoir/impots-europe/societes.shtml

cf la courbe de laffer.
un taux d'imposition
réellement plus faible, donne des recettes fiscales egales sinon plus
elevés, grace notament à une hausse de l'activité.
ce n'est pas du maraboutage mais une realité économique, resultat de l'action d'individus rationels.
( ex USA, estonie, nouvelle zelande, etc.. )

Citation :
cf la courbe de laffer.
un taux d'imposition
réellement plus faible, donne des recettes fiscales egales sinon plus
elevés, grace notament à une hausse de l'activité.
C'est marrant tu critiques juste plus bas le fait que je parle des "spécialistes" et tu me sors la bonne vieille théorie économique de derrière les fagots qui par sa puissance pourraient s'appliquer à des pays aussi différents que les Etats-Unis, la France ou l'Estonie...

Citation :
c'est marrant, en france, il faut tjs que ça
viennent de specialiste pour etre consideré comme eventuellement
possible.. c'est un peu cette espèce de sentiment d'etre plus
inteligent que les autres..
les solutions existentes,
elles sont libérales. et de surcroit simple a mettre en oeuvre, pour
peut qu'on au du courage politique.
Et oui ces français raleurs, qui mangent du fromage qui pue, et se lavent un jour sur deux... ça y est Radio Clichés est allumée ?

Ensuite tu parles du "libéralisme" comme de quelque chose d'aussi évident que "l'eau ça mouille, élémentaire mon cher Watson". Le libéralisme est une théorie dotée de nombreux postulats, pas du tout quelque chose "qui va de soit". C'est oublier que nos sociétés sont si complexes et aléatoires que les "théories" économiques ne sont jamais à prendre au pied de la lettre. Les chercheurs des sciences "dures" le savent trop bien, je ne vois pas pourquoi les chercheurs en sciences humaines dérogeraient à la règle.

Ce que je voulais dire c'est qu'on va pas faire semblant ici de découvrir ce que tant de "spécialistes" ont déjà confronté dans leurs débats et leurs travaux, toutes sensibilités confondues, à savoir que l'impôt n'a pas que des aspects positifs, ni que des aspects négatifs. Faire de sa baisse ou de son maintien un principe en dehors de tout contexte propre à un pays ou une époque est une erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: libéralisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
libéralisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le « libéralisme » de Léon XIII
» Le libéralisme est un péché (complet)
» Le Libéralisme est un péché - Don Félix Sarda y Salvany
» Le libéralisme économique et le marché en général entraînent-ils nécessairement l'effritement des structures traditionnelles ?
» Le libéralisme ou la liberté de faire n'importe quoi !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DE COORDINATION NATIONALE ETUDIANTE :: VIE DU FORUM :: DISCUSSIONS GÉNÉRALES-
Sauter vers: