FORUM DE COORDINATION NATIONALE ETUDIANTE

Le lieu de convergence des informations sur les luttes.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionforum de la coordination lycéenne

Partagez | 
 

 suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JBCOMLOG
Invité



MessageSujet: suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)   Jeu 5 Mar - 12:16

EDIT DE LYA : Alors petite explication concernant le fait que ce sujet sur la fac de lettres d'Aix ait atteri ici. 3 raisons à cela :

1. Le débat, bien que constructif sur certains points, a vite dégénéré en propos désobligeants donc pour ne pas polluer la partie "info sur la mobilisation" du forum (où on est censé facilement trouver les infos que l'on cherche, si possible pas noyées sous un flot de débat interminable!!) j'ai préféré le transférer ici.

2. tout ce débat est parti d'un incident qui s'est produit sur la fac de lettres d'aix (pour + de détail voir le début du sujet ICI) mais la discussion a vite dégénéré en "ouais vous auriez pas du faire ça" et autres "si on a eu raison c'était légitime" et bla bla bla... de quoi débattre pendant des heures et finalement ça a dérivé sur un sujet de fond qui je pense pourrait concerner n'importe quel site mobilisé (en effet quelqu'un comme erwann bleu qui n'est pas étudiant sur le site de la fac de lettres a donné son avis)

3. Dans tous les cas je sais que beaucoup d'étudiants ont des choses à dire sur la question donc même si je m'étais contenté de verrouiller le sujet, d'autres interventions de ce type auraient fini par parasité à nouveau le forum donc autant ouvrir un sujet spécifiquement sur la question mais étant donné que cette partie du forum est fermée aux visiteurs il y a moins de risque de dérive (cf ce que j'ai déjà expliqué ICI) les gens seront moins tentés de s'insulter gratuitement en étant membres du forum... enfin je l'espère de toute façon les attaques et autres accusations personnelles ou envers des orgas ou des courants de pensée seront systématiquement supprimées vous êtes prévenus (et je l'ai déjà dit ICI)

Bon désolée si j'ai fait long mais je pense que tout ça méritait d'être clarifié.



Débrayage houleux d'un amphi blindé d'Uni (L2 Histoire)...

La banalisation a été vendue aux profs et étudiants comme "fait grève qui veut, fait cours qui veut"...Rolling Eyes Rolling Eyes

On se fait vraiment prendre pour des cons...

L'administration a fait sauter nos barrages pendant qu'on débrayait et a rouvert toutes les portes...

Pour vous dire comme on se marre, Battoux (LAG-LEA) qui nous a vendu la banalisation comme le super remède, a été retirée de la mailing list des LAG-LEA par les profs qui voulaient pas qu'elle voit les appels à venir en cours...Laughing Laughing Laughing

Est ce qu'elle prendra enfin ses responsabilités ? clown
Revenir en haut Aller en bas
Historie
Invité



MessageSujet: Re: suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)   Jeu 5 Mar - 13:28

Concernant le "débrayage houleux d'un amphi blindé d'Uni (L2 Histoire)", je tiens à préciser que j'y étais, et que j'ai été choqué des méthodes de nos chers amis (?) revendicateurs.
Venir, sourire aux lèvres, balancer sa musique et crier pour empêcher qu'un cours ait lieu, c'est une honte.
Notre professeur, qui en passant est très mobilisé depuis le début du mouvement des enseignants-chercheurs, a décidé, avec son homologue, de reprendre le cours, suspendu depuis 3 semaines.
Pourquoi ?
Pour ne pas pénaliser les étudiants, d'abord, et peut être aussi pour faire son métier.
Certains "bloqueurs" se sont insurgés : "Mais pourquoi faire cours, puisque cela ne pourra être présenté en tant que sujet d'examen ?".
La réponse tient en une phrase : l'envie d'étudier.
Cette même envie que les 3/4 de ces énergumènes n'a pas.
Quand on veut faire passer ses idées, le mieux est d'être sérieux et convaincant.
Parce que quand on voit, pour ne dénoncer personne, une certaine personne, tout sourire aux lèvres, nous déblatérer qu'il ne faut pas que les cours se tiennent "car le Président de l'Université l'a décidé", laissez-moi rire.
L'année dernière, le Président était une des cibles privilégiés des bloqueurs ; maintenant, puisqu'il permet à un petit groupe de feignants de se complaire dans leur fainéantise, on se doit d'appliquer ce qu'il dit !
C'est le monde à l'envers !

Je tiens à rappeler que nous sommes en France, pour la plupart citoyens français, et qu'une de nos libertés les plus chères et celle d'avoir accès à une éducation.
Quand je lis qu'en Histoire, l'amphi est "blindé d'Uni", tout cela parce que des étudiants, qui, pour l'écrasante majorité sont apolitiques, et qui osent contredire la sacro-sainte parole du "mouvement de mobilisation", je me gausse.

De plus, n'oubliez pas que le vrai mouvement, celui pour lequel il faut
se battre, c'est celui concernant le statut des enseignants-chercheurs.
Ne voyez-donc vous pas que Pécresse et le gouvernement en général n'en ont que faire d'une poignée de rebelles en mal de sensations et de reconnaissance qui organisent des AG complètement loufoques et dénuée de tout sens ?

Et dire que l'année passée, j'étais sympathisant de votre mouvement.
J'ai assisté à plusieurs AG, et voté.
Parce qu'à l'origine, votre combat me semblait juste.
Mais maintenant, vous n'êtes plus que des marchands de vent.
Désormais, mes collègues historiens et moi-même vous détestons, bravo !
Revenir en haut Aller en bas
Lya
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 2458
Age : 33
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 09/06/2007

MessageSujet: Re: suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)   Jeu 5 Mar - 13:54

Historie a écrit:

L'année dernière, le Président était une des cibles privilégiés des bloqueurs ; maintenant, puisqu'il permet à un petit groupe de feignants de se complaire dans leur fainéantise
(...)
une poignée de rebelles en mal de sensations et de reconnaissance qui organisent des AG complètement loufoques et dénuée de tout sens ?
(...)
Désormais, mes collègues historiens et moi-même vous détestons, bravo !

C'est un peu facile de dire étudiants qui debrayent les cours = feignants, en + je te signale que pour les étudiants qui tiennent absolument à étudier, des profs et des étudiants se bougent le cul pour mettre en place des cours alternatifs (cf entre autres ICI ) donc non gréviste n'est pas égal à branleur qui aime pas étudier (si on en avait tant que ça rien a foutre d'étudier on se leverait pas à 6h du mat pour faire des barrages filtrants et se mobiliser pour faire venir des gens en manif, si on etait vraiment des branleurs on resterait tranquille chez nous.)

après je comprends tout a fait que des gens veulent quand même aller en cours mais ce que certains n'ont pas compris c'est que caverni et d'autres tiennent volontairement un discours incohérent pour nous diviser et ça aboutit à ce que tu dis à la fin on finit par se detester : les étudiants qui se sont mobilisés pour obtenir la banalisation en voyant qu'elle est pas respectée se radicalisent et ceux qui veulent étudier sont choqué de cette radicalisation resultat on finit par se detester des 2 côtés et sarko rigole bien pendant ce temps.

Sinon pour Caverni il nous a pris pour des cons déjà l'année dernière c'est lui qui a "bloqué" la fac pendant des semaines sur directives de sarko pour diviser les étudiants entre eux et faire passer les étudiants mobilisés pour des bloqueurs, il nous envoyait les flics à chaque fois qu'on occupait la fac et cette année il a encore peur que ce soit les étudiants qui prennent les choses en main (je rappelle quand même que les étudiants mobilisés sont soutenus par le mouvement des profs, les profs vraiment mobilisés en tout cas, donc non c'est pas un groupe d'energumènes qui a pété un cable!! tu ne fait visiblement pas parti du comité de grève et ne participe pas au comité de mobilisation pour avoir une vision des choses aussi eloigné de la rélité) donc Caverni accepte la banalisation sur schuman tout en laissant les profs faire cours alors que comme par hasard il ferme administrativement st charles. Pourquoi donc? Pourquoi il laisse pas les cours se tenir sur st charles et il laisse les profs entrer à schuman? Faut etre cohérent aussi. si il veut absolument laisser les étudiants étudier il fallait pas fermer st charles. Tu suis ma logique? Si tu n'as pas relevé cette incohérence c'est inquiétant car ça prouve que tu as choisi ton bouc emissaire : les méchants étudiants qui bloquent.

Le réel ennemi n'est pas celui contre qui on se bat mais celui qui profite des dégats! Ne nous trompons pas d'ennemi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.appeldesappels.org/
Lya
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 2458
Age : 33
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 09/06/2007

MessageSujet: Re: suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)   Jeu 5 Mar - 14:07

JBCOMLOG a écrit:
On se fait vraiment prendre pour des cons...

L'administration a fait sauter nos barrages pendant qu'on débrayait et a rouvert toutes les portes...

Pour vous dire comme on se marre, Battoux (LAG-LEA) qui nous a vendu la banalisation comme le super remède, a été retirée de la mailing list des LAG-LEA par les profs qui voulaient pas qu'elle voit les appels à venir en cours...Laughing Laughing Laughing

Est ce qu'elle prendra enfin ses responsabilités ? clown

Shocked affraid affraid affraid allusination

oui effectivement on se fait prendre pour des cons mais c'était assez prévisible, pourquoi caverni nous soutiendrait cette année alors que l'année dernière il nous envoyait les flics avec son copain sarko?!! Ceux qui ont été dupes sur ses intentions cette année ne le seront pas longtemps confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.appeldesappels.org/
RafaleFrance

avatar

Masculin Nombre de messages : 181
Age : 27
Localisation : Aix en provence
Date d'inscription : 13/11/2007

MessageSujet: Re: suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)   Jeu 5 Mar - 17:58

J'étais aussi à ce fameux cour (pour y assister, pas pour bloquer).

Je ne reviens que trés rapidement dessus, beaucoup de choses ont déjà été dites, et j'ai eu l'occasion de (trés) longuement discuter avec plusieurs de mes amis qui faisaient partis des "agités".

Je pense qu'il faut simplement une nouvelle fois souligner l'aspect scandaleux de cette action, d'abord par la façon dont elle s'est réalisé, ensuite pour son bien fondé intrinsèque.
Moins de 5 minutes avant l'entrée en scène de ce bataillon vociférant, notre professeur nous a longuement rappellé que ce cour ne figurerait pas au programme des examens, serait publié et accessible à tous sur internet le soir même, et qu'un résumé éssentiel serait effectué lors des cours suivants.
Il a également rappellé qu'il était greviste et qu'il avait fait annulé nos TDs de l'aprés midi pour permettre à tous d'aller manifester.

En face, les allumés du pétard étaient incapables d'expliquer clairement les raisons de la grève (qui ne les concerne pas celà dit en passant), de s'organiser, et d'agir noblement en laissant le prof terminer sa rapide présentation (utile pour savoir comment la suite de son cour allait s'organiser).


J'ai personnellement été totalement effrayé de voir à quel point la tyrannie de la minorité pouvait agir de façon si efficace, et si stupidemment, de façon à perturber totalement le fonctionnement du système éducatif dans le milieu public.

Je soutien pourtant avec vigueur les revendication du corps enseignant, et contrairement à ce qui a été dit, une extrême minorité de représentants de l'UNI étaient présent dans l'amphi à ce moment donné. Cette action à totalement décrédibilisé cet embryon de mouvement étudiant, et à définitivement ôté de mon esprit (ainsi que celui de mes camarades) toute forme de soutien aux revendications actuelles.


Voilà, je sais que je suis modérateur ici, et que je contiens fortement mes réaction, d'ordinaire, afin de faire le plus correctement possible mon job de coordinateur dans les idées qui sont exposées et décidées ici, mais je tenais à souligner avec vigueur cette erreur stratégique importante de la part d'apprentis-agitateurs, qui pour moi à tué le mouvement étudiant, justfié ou non, de cette année dans l'oeuf.

Voilà sur ce je ne mobilise pas plus la parole, et je vous laisse re-rentrer dans le fond du sujet initial.

_________________
Modérateur


Vive la république , Vive la France Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
romu
Invité



MessageSujet: Re: suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)   Jeu 5 Mar - 23:27

Si vous vous démobilisez et ne vous sentez plus concerné par les revendications parce que une "minorité d'agitateurs" a débrayé un amphi, c'est que vous n'étiez pas vraiment mobilisé à la base.
Quand on a un conflit à mener, on ne s'arrête pas à cela.
Le débrayage étant voté en AG, il est appliqué, il n'y a pas de débat à avoir sur les bienfaits ou les malfaits pour la santé des gentils étudiants.
Si on est contre il faut venir en AG et voter contre.
Imaginez une démocratie directe ou les gens soit contraint de travailler le jour des décisions collective...
(commentaire d'un passant, ne voulant surtout pas lancer un pseudo débat qui n'a pas lieu d'être)
Revenir en haut Aller en bas
JBCOMLOG
Invité



MessageSujet: Re: suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)   Ven 6 Mar - 1:32

Je ne reviendrais pas sur les multiples "offusquations" (moi aussi comme ségolène, j'invente des mots) bien-pensantes concernant ces débrayages...

Je ferais juste remarquer que pour une fois, on (les étudiants) a fait appliquer une décision de Caverni, celle de banalisation des cours drunken ... Banalisation qui nous a été présentée par les professeurs à l'AG comme le fait QU'AUCUN COURS NE SE TIENNE pour que les étudiants puisse se mobiliser et s'informer. Comment peut on alors accepter qu'en douce des mails partent annonçant la tenue de cours ? Comment peut on même accepter que Mme Battoux, directrice aujourd'hui démissionnaire de l'UFR LAG-LEA, a été retirée de la liste mail des LEA, pour pas qu'elle voit que les autres profs continuaient à envoyer des mails appelant à venir en cours ?

Quand à la musique et aux vociférations, elles ne sont venues qu'après tentative de discussion, tentative de discussion, venus des mêmes beuglards, qui hurlaient déjà l'an dernier pendant les AG sans respect pour les intervenants, qui après se sont tous retrouvés sur la liste UNI (Droite universitaire).

Enfin sinon pour moi, ce qui a tué le mouvement étudiant, c'est pas cette action... C'est l'inaction, et le manque de perspectives sérieuses... Les multiplications des AG d'UFR dans le dos des étudiants mobilisés par exemple... Le fait que demain on se retrouve avec AG d'UFR + AG de personnels + AG unitaire par exemple...

Et pendant ce temps là en France toutes les facs s'arrêtent... Et nous on se plaint d'intervenir contre des cours sauvages...

On va aller loin...
Revenir en haut Aller en bas
RafaleFrance

avatar

Masculin Nombre de messages : 181
Age : 27
Localisation : Aix en provence
Date d'inscription : 13/11/2007

MessageSujet: Re: suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)   Ven 6 Mar - 17:24

Volonté de prolonger les vacances, ou réaction psychologique post-pubère classique d'opposition à toute forme d'autorité par une affirmation de sa personnalité ? (Mon père est un salaud, j'vais l'buter, et le gouvernement aussi)

Toujours est-il que cet embryon de mouvement "Historique" (Ah bon ? Sans rire ? Je suis étudiant en histoire, si on en parle encore dans 10 ans de celui là, j'avale ma carte d'électeur) va encore mourir dans l'oeuf (Amen).


La tyrannie de la minorité, encore elle, ne marchera plus trés longtemps.
Si une 30 aine d'agités du pétard (Presque tous des rebus scolaires celà dit en passant [coincidence ?]) sont encore capables de bloquer des cours et de perturber le bon fonctionnement des institutions publiques, je soutiendrais bec et ongle les décisions de fermeture administrative, apparement trés efficace pour calmer ce petit monde.


Manifester et s'agiter sans perturber ceux qui veulent travailler OUI, imposer à la majorité ce que la minorité à arbitrairement décidé ... NON (Ô surprise).

Tant que les mouvements sociaux Français ne comprendront pas qu'une minorité de personnes ne peuvent plus efficacement imposer leur volontée à ceux qui restent, leur action échouera, systématiquement (d'autant plus avec les dirigeants actuellement en place).

Et qu'on ne vienne pas me dire que les AGs légitiment leurs actions. Les AGs sont non représentatives, non égalitaires, non libertaires, non constituantes, et surtout non souverraines (sans parler de la non-légalité de leurs décisions).

C'est bête mais simple; tant que des actions telles qu'elles ont pu se manifester à l'intérieur des batiments publics (c'est la seule chose que je dénonce, ce qui s'est passé à l'extérieur ne me semble pas blâmable) se produiront, des contres actions et des oppositions de la part de ceux qui veulent travailler (cf ce fameux CM de L2 Histoire) se multiplieront.
Et croyez moi, ça s'agite de ce coté.


Dommage de suicider ce mouvement, pourtant parti sur de bonnes intentions et des contestations justifiées (pour une fois) par des réactions blochévico-débilo-juvéniles ...

_________________
Modérateur


Vive la république , Vive la France Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JBCOMLOG
Invité



MessageSujet: Re: suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)   Ven 6 Mar - 18:18

Deux points:

- Tout d'abord, je ne crois pas que ce soit le rôle d'un modérateur de forum de prendre parti à ce point sur un forum. D'ailleurs, faudra qu'on m'explique comment un antigrève peut être modérateur...
- Deuxièmement, c'est marrant, mais je vois pas le lien entre ce que j'ai pu écrire et ta réponse. Ressasser des poncifs éculés (crise d'adolescence, "rebuts" du milieu scolaire, bolchevisme, dictature...) ne répond pas aux problématiques que je soulève: une banalisation, c'est les cours n'ont pas lieu, Battoux l'a dit à l'AG et elle a débrayé avec nous l'après-midi. Mais bon Battoux, c'est bien connue, est en pleine révolte adolescente et appartient à l'ultragauche...

Citation :

Je ferais juste remarquer que pour une fois,
on (les étudiants) a fait appliquer une décision de Caverni, celle de
banalisation des cours... Banalisation qui nous a été présentée par
les professeurs à l'AG comme le fait QU'AUCUN COURS NE SE TIENNE pour
que les étudiants puisse se mobiliser et s'informer. Comment peut on
alors accepter qu'en douce des mails partent annonçant la tenue de
cours ? Comment peut on même accepter que Mme Battoux, directrice
aujourd'hui démissionnaire de l'UFR LAG-LEA, a été retirée de la liste
mail des LEA, pour pas qu'elle voit que les autres profs continuaient à
envoyer des mails appelant à venir en cours ?

Enfin bon, tout ça pour te répondre et te dire que c'est des discours d'éculés. Et je le dis sans n.
Revenir en haut Aller en bas
RafaleFrance

avatar

Masculin Nombre de messages : 181
Age : 27
Localisation : Aix en provence
Date d'inscription : 13/11/2007

MessageSujet: Re: suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)   Ven 6 Mar - 18:55

Citation :
Tout d'abord, je ne crois pas que ce soit le rôle d'un modérateur de forum de prendre parti à ce point sur un forum

Alors il va falloir contacter les administrateurs (Heaven Smile, Céline, Lya) et les autres modo (En particulier Erwan Bleu) et leur dire de s'auto-museler.

Comme l'avait souligné Lya (ou peut être Céline), j'essaye d'apporter de la diversité aux divers débats qui animent ce forum, en toute objectivité, et en toute constructivité (voir mes autres postes et sujets sur l'ensemble du forum).
Cependant, je m'insurge systématiquement contre ce qui est illégal, non-constructif, et franchement décalé dans les actions que je peux constater de visu (en particulier à l'Université de Provence), c'est à la fois mon droit, et surtout mon rôle.

Citation :
une banalisation, c'est les cours n'ont pas lieu,

Cf mes posts précédents.
Les cours étaient en effet banalisés en particulier celui du CM d'Histoire. Les enseignants ont bien précisé, avant l'entrée du troupeau des allumés, que l'introduction présentée ce jeudi serait INTERGRALEMENT communiquée à l'ensemble des élèves par le biais de la plateforme Claroline, et qu'en AUCUN CAS, les futurs examens ne porteraient sur le sujet traité.

Il s'agissait donc plus d'une réunion d'information sur la matière concernée plutôt qu'un cour à proprement parler.

Citation :
Ressasser des poncifs éculés (crise d'adolescence, "rebuts" du milieu scolaire

Heureusement que tu prend la peine de le souligner; forcer à 30 l'entrée d'un cour, entrer en vociférant des élucubrations aussi débiles qu'incompréhensibles, se prétendre exécuteur d'une décision de l'administration que vous avez toujours violemment critiqué, danser et couvrir le débat par le biais d'une chaine Hi-Fi ... c'est une preuve d'intelligence et de maturité qui restera dans les esprits ...

Citation :
Battoux l'a dit à l'AG et elle a débrayé avec nous l'après-midi. Mais bon Battoux, c'est bien connue, est en pleine révolte adolescente et appartient à l'ultragauche...

Je ne connais pas cette Mme Battoux, je m'abstiendrais donc de tout commentaire à son sujet.
Concernant l'AG, je réitère ce que je disais plus haut :

Citation :
Et qu'on ne vienne pas me dire que les AGs légitiment leurs actions. Les AGs sont non représentatives, non égalitaires, non libertaires, non constituantes, et surtout non souverraines (sans parler de la non-légalité de leurs décisions).

Et comme la plupart de vos camarade l'ont si clairement beuglé entre deux chants révolutionnaires, vous vous êtes "contenté d'appliquer une décision émanant du président de l'université" ...

Aaaah vraiment ?
C'est marrant, je croyais qu'il fallait le pendre avec ses boyaux celui là ?
(Voir multitude de sujets sur ce forum datés depuis le 24 Octobre 2007)
Pardoxal non ?

Un assemblée non constituante, non représentative, non égalitaire, non libertaire, et non souverraine, vote une décision ILLEGALE (Voir Code Civil), fait pression sur l'administration pour l'appliquer (voir plus haut dans ce topic => Menace de blocage total), et se permet ensuite de se revendiquer comme Service d'Ordre au sein d'un batiment public ???

Non mais attendez, on marche sur la tête là !!



Qu'il y ai des mouvements sociaux, j'en suis le premier ravi ! Proteger ses droits et rappeller systématiquement l'implication politique des acteurs est pour moi une notion fondamentale du bon fonctionnement des démocraties modernes ... mais qu'une minorité d'agitaeurs BLOQUENT (car il s'agit bien de celà) le fonctionnement du système pédagogique et administratif, et transforment (et dégradent) un batiment public en QG révolutionnaire ... ce n'est ni légal, ni judicieux de leur part.

Vous aurez droit à toute notre opposition (de la part de ce qui veulent travailler) tant que des actions perturbatoire seront menées sur le site de l'université.
A l'extérieur en revanche, vous pourrez constater que beaucoup d'entre nous serons toujours à vos cotés, à condition que décisions et actions restent dans le cadre de la légalité.

_________________
Modérateur


Vive la république , Vive la France Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zamouleb



Féminin Nombre de messages : 347
Age : 29
Date d'inscription : 05/11/2007

MessageSujet: Re: suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)   Ven 6 Mar - 23:20

JBCOMLOG a écrit:
Deux points:

- Tout d'abord, je ne crois pas que ce soit le rôle d'un modérateur de forum de prendre parti à ce point sur un forum. D'ailleurs, faudra qu'on m'explique comment un antigrève peut être modérateur...
C'est le pluralisme des partis ^^ ; étant moi-même modé, permets que je te retourne la question : pourquoi un antigrève ne serait-il pas modérateur ?
Et pour complexifier les choses, je ne suis pas un antigrève, je participe aux mouvements de près (voir le forum de Champagne-Ardenne).
Un modérateur a des fonctions définies, et que l'on soit ou non antigrève, on peut les appliquer sans problème puisqu'il ne s'agit pas de censurer ou défendre les grévistes/non-grévistes.
J'ajoute que je pense qu'on peut prendre parti autant qu'on veut tant qu'on ne fait pas usage de ses qualité de modé/admin pour tronquer ou empêcher un débat.

----------

Je ne sais pas si ce sujet peut faire l'objet d'un débat, il semble trop interne à votre fac. Mais bon, on va essayer.

Je trouve effectivement pitoyable que les bloqueurs tapant sur le président l'an dernier se réfèrent soudain à lui comme fondement d'autorité une fois que sa décision sert leurs intérêts...

D'après ce que j'ai pu lire, ce cours n'en était pas vraiment un. Tout aurait été disponible sur le net ensuite - donc pas vraiment de quoi s'insurger si il a été débrayé.
Et même si ça avait été vraiment un cours, si le débrayage a été voté en AG, il n'y aurait pas eu non plus de quoi pousser des cris d'orfraie lorsque des bloqueurs sont venus l'empêcher : c'était largement prévisible.

S'il y a des AGs (les traiter d'illégales, illégitimes, etc. c'est être un peu trop légaliste à mes yeux ; j'ai d'ailleurs du mal à comprendre comment on peut critiquer la légitimité des AGs et se déclarer solidaire des mouvements extérieurs à la fac, précisément impulsés par des AGs), je suis pour qu'on se bouge et qu'on aille y voter (d'ailleurs, je crois que :
- Prenez une AG de 100 personnes qui décident de bloquer pour que tous les étudiants portent les mêmes chaussettes : ça tiendra pas 2 jours.
- Prenez une AG de 50 personnes qui décident de bloquer pour que tous les profs aient un salaire, ça va tenir.
Je ne suis pas persuadé que la légitimité se tire du nombre - de fait je crois qu'elle ne tire pas sa légitimité de là, et pourtant, de fait, elle en a une). Même si on est contre la grève. A la tyrannie de la minorité, je ne suis pas sûr qu'on puisse s'appuyer sur la tyrannie d'une majorité silencieuse et invisible : je préfère encore la tyrannie de la majorité visible (visible = se rendre visible aux AGs).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
céline
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 407
Age : 32
Date d'inscription : 12/06/2007

MessageSujet: Re: suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)   Sam 7 Mar - 1:34

1) Problème (?) : comment autant d'invité ont-ils pu poster ici, sachant que normalement, dans cette partie du forum seul les membres peuvent poster !? (Lya ?)

2) Attention 1 :Je vous pris de vous relire avant de poster vos messages et d'éliminer toute généralisation comme : "amphi blindé d'UNI" ou "militant = faignasse".

3) Attention 2 : Je modère pas vos phrases virulentes, parce que vous êtes tous les deux plus ou moins à égalité avec vos généralisation suivit de qualificatif peut glorieux ! Mais je vous pris de tenir votre langages autant l'un que l'autre.

4) Rafale FRance : Si le fait d'être pour ou contre le blocage est absolument pas un critère de sélection des modérateurs, par contre la tenu du langage et la capacité à garder son sang froid en font parti monsieur RafaleFrance (en plus JB, on a bien eut des contre bloqueur à la tribune des AG.) Et rafaleFrance, non qu'il nous serve de minorité qui nous donne bon consience en fesant preuve d'ouverture, mais surtout qu'il nous aide à faire ce travail de chiote de modérateur que peu veulent faire (en plus jusqu'à présent il nous montré une tenue respectable digne d'un modérateur- si ce n'est dans ce sujet !!) !

5) Mobilisation : Je crois que l'échec de ma mobilisation étudiante sur la fac de lettres d'aix (contrairement à ailleurs), c'est un manque d'écoute et surtout d'adaptation des manières de militer en fonction du contexte. Les vieux militants agissent trop par réflexe. Cette mobilisation est avant tout entre les mains des enseignants il faut donc s'adapter à eux. Ce n'est pas les étudiants qui tiennent la mobilisation en main !
Et quand je dis qu'il faut s'adapter ça veut dire que ce qui était vrai l'an dernier ne l'est plus forcement aujourd'hui !
Les profs dirigent ? Ils viennent que dans les AG d'URF? alors c'est aux étudiants d'aller aux AG d'UFR (et non à eux de suivre le rythme des AG d'étudiants et interminables comité de mobilisation).
Les profs ménent la danse ? Faut passer au dialogue avec eux ! C'est plus dure que de leur cracher dessus et faire contre leur volonters, mais ce sera que plus fuctueux cette année.
Les profs sont fortements impliqués ? Il faut donc mener les actions au maximum à leur manière (est cette année on peu pas leur reprocher d'être inactif. On peut même dire qu'il sont inventif ! ).

Enfin, tout ça c'est de la stratégie comme je l'entend moi. Je sais que les objectifs de certains qui sont pas seulement de faire une belle mobilisation qui débouche sur du concret, mais bien autres (sans donner de noms de perosnnes, ni d'orga) font qu'ils trouveront cette stratégie ridicule.

Je veux bien avoir votre avis sur la question !! (Attention !! Pas d'insultes, généralisations, ni attaque vers des personnes ou groupes politiques !!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lya
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 2458
Age : 33
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 09/06/2007

MessageSujet: Re: suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)   Sam 7 Mar - 4:34

Erwann Bleu a écrit:
Je ne sais pas si ce sujet peut faire l'objet d'un débat, il semble trop interne à votre fac. Mais bon, on va essayer.

céline a écrit:
1) Problème (?) : comment autant d'invité ont-ils pu poster ici, sachant que normalement, dans cette partie du forum seul les membres peuvent poster !? (Lya ?)

Désolée pas eu le temps de clarifier ça + tôt (vive la modération de ce forum et le temps fou que ça me prend!! confused ) mais maintenant c'est chose faite, j'explique tout dans le 1er post que j'ai édité en rouge.

Sinon Céline je suis tout à fait d'accord avec tout ce que tu dis bounce bounce bounce

Erwann bleu aussi sauf quand tu dis que
Erwann Bleu a écrit:

Je trouve effectivement pitoyable que les bloqueurs tapant sur le président l'an dernier se réfèrent soudain à lui comme fondement d'autorité une fois que sa décision sert leurs intérêts...

si ceux qui ont toujours remis en cause les choix politiques du président de la fac se sont soudain référé à son autorité ce n'est pas incohérence ou bêtise mais simplement parce que quand on s'adresse à des gens qui ont une logique différente de la notre (gréviste vs non gréviste) on est obligé de s'adapter à leur discours si on espère se faire entendre. En effet les profs non grévistes nous répètent sans arrêt "on fait grève si on veut car ce n'est pas a l'ag de décider" ok. Le but en demandant la banalisation au président de la fac était justement de légitimer la suspension des cours (sinon aucun intérêt de banaliser, autant continuer la grève). Cette suspension semblait d'autant + légitime que ce même président a fait fermer administrativement un des sites (fac de sciences) soumis à la banalisation tout en refusant le moindre petit barrage filtrant dans un autre (fac de lettres) soumis à la même banalisation. C'est ce manque de cohérence de sa part qui est à l'origine de l'incident.

De + je vois pas ce qu'il y a de pitoyable en soi à se référer à une autorité que l'on conteste. Est ce que le fait de trouver une loi conne empêche de la respecter? (si c'était con de respecter une loi contre laquelle on s'insurge on ne respecterait pas grand chose confused )

RafaleFrance a écrit:

Alors il va falloir contacter les administrateurs (Heaven Smile, Céline, Lya) et les autres modo (En particulier Erwan Bleu) et leur dire de s'auto-museler.

Comme l'avait souligné Lya (ou peut être Céline), j'essaye d'apporter de la diversité aux divers débats qui animent ce forum, en toute objectivité, et en toute constructivité (voir mes autres postes et sujets sur l'ensemble du forum).

Juste pour clarifier ce point. Aucun inconvénient à ce qu'un modérateur ait des opinions différentes, mais à condition de savoir se tenir et ne pas envenimer le débat (si on doit modérer les modérateurs on s'en sort plus!!! Shocked ). Donc quand tu dis que tu veux être volontairement provocateur

RafaleFrance a écrit:
Encore une fois, je suis volontairement provocateur, non pas pour tuer le mouvement social actuel, mais pour informer l'ensemble des intervenants

Je ne pense pas que cela soit bénéfique pour le forum qu'un modérateur tienne de tels propos étant donné que tu es bien placé pour savoir, justement en tant que modérateur, que les gens partent très vite en vrille sur des sujets sensibles comme ça, donc en rajouter une couche ne me semble pas pertinent. Donc ok pour informer mais pas besoin d'être provocateur pour se faire entendre intelligemment comme tu as su le faire jusque là Wink ).

Donc les remarques de ce type
RafaleFrance a écrit:
Volonté de prolonger les vacances, ou réaction psychologique post-pubère classique d'opposition à toute forme d'autorité par une affirmation de sa personnalité ? (Mon père est un salaud, j'vais l'buter, et le gouvernement aussi)
(...)
Si une 30 aine d'agités du pétard (Presque tous des rebus scolaires celà dit en passant [coincidence ?])
(...)
Dommage de suicider ce mouvement, pourtant parti sur de bonnes intentions et des contestations justifiées (pour une fois) par des réactions blochévico-débilo-juvéniles ...

sont à bannir (je te l'ai déjà dit dans un autre sujet mais je le répète pour les autres à titre d'exemple)

RafaleFrance a écrit:
Qu'il y ai des mouvements sociaux, j'en suis le premier ravi ! Proteger ses droits et rappeller systématiquement l'implication politique des acteurs est pour moi une notion fondamentale du bon fonctionnement des démocraties modernes ... mais qu'une minorité d'agitaeurs BLOQUENT (car il s'agit bien de celà) le fonctionnement du système pédagogique et administratif, et transforment (et dégradent) un batiment public en QG révolutionnaire ... ce n'est ni légal, ni judicieux de leur part.

Vous aurez droit à toute notre opposition (de la part de ce qui veulent travailler) tant que des actions perturbatoire seront menées sur le site de l'université.
A l'extérieur en revanche, vous pourrez constater que beaucoup d'entre nous serons toujours à vos cotés, à condition que décisions et actions restent dans le cadre de la légalité.

Ce que tu perçois toi comme une violence (quand tu parles du bébrayage qu'on vous impose) est un ressenti respectable mais qui n'en reste pas moins subjectif. Aussi subjectif et respectable que le ressenti de ces mêmes debrayeurs de cours qui vivent comme une injustice intolérable le non respect de la grève votée en ag, les réformes que nous fait subir le gouvernement ou encore le manque de soutien de l'administration de la fac et d'une majorité de ses usagers etc.
On ressent tous les choses différemment : ce que certains percevront comme "normal et légitime" d'autres le vivront comme "inadmissible, violent et illégal" et inversement. C'est pour ça que certains ont du mal à comprendre les réactions excessives d'autres. D'où les nombreux conflits entre personnes qui pourtant à la base soutiennent pour la plupart le principe de s'opposer à cette réforme.
Le gouvernement en a bien conscience et fidèle à son éternelle stratégie de diviser pour mieux regner il se dit qu'il n'a qu'à laisser le mouvement s'essoufler de lui même par nos divisions internes. Si on veut vraiment éviter ça, c'est à nous de ne pas nous tromper d'ennemi et de savoir transcender ces divergences. Oui il y a des cons partout : chez les gens mobilisés, chez les non mobilisés, chez les profs, chez les étudiants etc. mais il y a aussi parmi tous ces gens des personnes qui ont sincèrement envie que ça marche pour le bien de tous. Ils sont peut être parfois minoritaires (c'est pas eux en tout cas qui se font le mieux entendre à voir la tournure que prend le mouvement! confused ) mais moi je continue de me battre pour ces gens là, pas pour les cons! (sinon ça ferait longtemps que j'aurais arrêté de m'investir Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.appeldesappels.org/
Zamouleb



Féminin Nombre de messages : 347
Age : 29
Date d'inscription : 05/11/2007

MessageSujet: Re: suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)   Sam 7 Mar - 12:36

Hm, si vous enjoignez à RafaleFrance de modérer son langage, il va falloir que vous me l'enjoignez à moi aussi (voir mes posts de l'an dernier, où le plus virulent des deux, c'est bien moi ; et puis, la provoc, c'est bien aussi [je ne veux pas refaire un débat de modé, j'anticipe juste la réaction de RafaleFrance]) - cela dit, je veux bien prendre l'engagement de ne pas répondre comme je le faisais l'an dernier.


Citation :
si ceux qui ont toujours remis en cause les
choix politiques du président de la fac se sont soudain référé à son
autorité ce n'est pas incohérence ou bêtise mais simplement parce que
quand on s'adresse à des gens qui ont une logique différente de la
notre (gréviste vs non gréviste) on est obligé de s'adapter à leur
discours si on espère se faire entendre. En effet les profs non
grévistes nous répètent sans arrêt "on fait grève si on veut car ce
n'est pas a l'ag de décider" ok. Le but en demandant la banalisation au
président de la fac était justement de légitimer la suspension des
cours (sinon aucun intérêt de banaliser, autant continuer la grève).
Cette suspension semblait d'autant + légitime que ce même président a
fait fermer administrativement un des sites (fac de sciences) soumis à
la banalisation tout en refusant le moindre petit barrage filtrant dans
un autre (fac de lettres) soumis à la même banalisation. C'est ce
manque de cohérence de sa part qui est à l'origine de l'incident.

De + je vois pas ce qu'il y a de pitoyable en soi à se référer à une
autorité que l'on conteste. Est ce que le fait de trouver une loi conne
empêche de la respecter? (si c'était con de respecter une loi contre
laquelle on s'insurge on ne respecterait pas grand chose )
Je comprends tout-à-fait le raisonnement (se servir de ce que dit l'autre pour le mettre en contradiction). Maintenant, il est clair que se référer aujourd'hui à l'autorité d'un individu qu'on a descendu en flèche hier, c'est cocasse (soit on reconnaît son autorité une fois pour toute, soit non).
Les profs qui faisaient cours l'an dernier, j'imagine qu'ils raisonnaient comme vous : on n'aime pas le président, mais s'il sert nos intérêts, on se réfère à lui (donc ça ne sert à rien de se référer à son autorité puisque chacun des deux ne se réfère à l'autorité que dès lors qu'elle va dans son sens).
Il n'y a donc pas de logique différente, mais de la mauvaise foi des deux côtés - la logique est la même : on prend ce qui sert nos intérêts, le problème, c'est que chacun feint de l'ignorer.

"De + je vois pas ce qu'il y a de pitoyable en soi à se référer à une
autorité que l'on conteste."
Heu... Si chaque jour tu dis que tel truc est nul et n'a pas à être et qu'après tu te sers de ce truc pour appuyer tes dires, excuse-moi, mais tu passes inévitablement pour un guignol (il y a une différence entre respecter la loi et fonder son action sur elle - tu peux la respecter mais fonder ton action sur un autre principe). Et puis, si on demande pourquoi vous vous référez au président alors que vous passiez outre l'an dernier, que pourrez-vous répondre sinon que c'est parce qu'il est de votre côté ? C'est sans fin - si le fondement ce sont les AGs, on se réfère aux AGs même si le président à ordonné tel truc. Ca ne change rien (ou alors on prévient le président et c'est à lui d'appliquer une sanction, mais la délation, c'est encore pire).

On peut invoquer l'autorité du président uniquement si le prof s'en réclame (par jeu, quoi), mais jamais en premier et on ne peut jamais retourner sa veste pour s'offusquer de ce que le prof ne respecte pas les décisions du président (autrement dit, on ne peut pas dire ça : "Je ferais juste remarquer que pour une fois, on (les étudiants) a fait appliquer une décision de Caverni, celle de banalisation des cours", sous peine de voir s'opposer la réplique de RafaleFrance et des anti-bloqueurs "ah il faut plus le pendre maintenant ?" - et on ne sortira plus de ce faux débat).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lya
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 2458
Age : 33
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 09/06/2007

MessageSujet: Re: suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)   Lun 9 Mar - 4:40

Erwann Bleu a écrit:
Et puis, si on demande pourquoi vous vous référez au président alors que vous passiez outre l'an dernier, que pourrez-vous répondre sinon que c'est parce qu'il est de votre côté ? C'est sans fin - si le fondement ce sont les AGs, on se réfère aux AGs même si le président à ordonné tel truc. Ca ne change rien (ou alors on prévient le président et c'est à lui d'appliquer une sanction, mais la délation, c'est encore pire).

En fait je comprends ton raisonnement. D'ailleurs j'ai toujours pensé que cette histoire de banalisation était une grosse arnaque qui allait aboutir à plein de malentendus. Je ne faisais pas partie des étudiants qui ont debrayé les cours et je n'étais pas pour demander cette banalisation : j'étais soit pour continuer la grève comme d'hab soit mettre carrément en place les piquets de grève. La banalisation j'y ai pas cru une minute, déjà l'année dernière y avait eu une banalisation une fois et les cours avaient quand même eu lieu sans que ça ne change strictement rien (les rares profs qui avaient suspendus leurs cours étaient les mêmes qui auraient fait grève s'il y avait eu une grève car ils nous soutenaient) ça aurait du nous servir de leçon! Bref tout ça pour dire que je suis même d'accord avec toi sur le fond : la banalisation c'est foireux!! (bon après je soutiens quand même moralement mes "camarades" qui ont debrayé même si la logique qu'ils ont appliqué je n'y adhère pas)

Je tiens par contre à clarifier 2 ou 3 points concernant le fait de soutenir ou pas Caverni le président de notre fac, parce que c'est un peu + compliqué que ça : en fait les personnes qui se réfèrent à l'autorité de Caverni et ceux qui la conteste étaient bien les mêmes l'année dernière et cette année. Après dans les faits, c'est une prof (la fameuse Mme Battoux, celle que les profs ont retiré de la mailing list pour s'envoyer des mails en cachette pour dire qu'ils feraient cours!!! Shocked ) c'est donc elle qui est allée demander la banalisation parce qu'elle avait l'air un peu traumatisée à l'idée que les étudiants bloquent donc c'était une manière d'éviter ça. Mais je pense que du côté des étudiants (ceux mobilisés déjà l'année dernière en tout cas) personne n'étaient dupe des intentions du président qui n'est absolument pas de notre côté cette année, pas + que l'année dernière!!! Si la proposition de demander la banalisation est passée en ag c'est parce que je pense que pas mal des personnes présente avaient du rater quelques épisodes l'année dernière!!! En + en effet Caverni était bien obligé d'accepter vu que c'était en gros "soit tu banalises soit on bloque" (c'est ce qui avait été dit en AG : si banalisation refusée on met en place des piquets de grève) du coup la banalisation est passée et les étudiants mobilisés se sont retrouvés coincés et obligés de se radicaliser. Bon après je précise aussi que dans d'autres facs il y a blocage, barrage filtrant et debrayage sans aucun souci mais à la fac de lettres d'aix c'est un peu particulier, sujet peut être un peu + sensible qu'ailleurs!!!? Rolling Eyes

Sinon une autre chose, ça me fait vraiment rigoler quand j'entend les gens dire "Caverni est avec nous cette année" alors déjà je peux vous dire une chose sure : non Caverni ne nous soutient absolument pas. A la rigueur il est moins enclin à casser le mouvement comparé à l'année dernière ça je vous l'accorde mais il s'en fout complètement de notre mobilisation!

J'ai entendu dire que pas mal de présidents d'université qui soutenaient sarko et la LRU l'année dernière avaient soudainement retourné leur veste cette année. Y a une logique : en fait l'année dernière le gouvernement a bien préparé sa stratégie : acheter les présidents d'université en leur donnant les plein pouvoir grâce à la LRU (c'es vrai qu'avec la LRU les présidents deviennent omnipotents c'était un des principaux points de tension l'année dernière!!) comme ça sarko savait qu'il aurait avec lui les présidents de fac et pourrait les instrumentaliser pour qu'ils cassent le mouvement. Et en effet plein de présidents de fac n'avait pas hésité à envoyer les flics pour déloger les étudiants qui occupaient ou a fermer administrativement les facs pour tuer dans l'oeuf tout début de mobilisation. Comme ni les médias ni les profs ne nous soutenaient à l'époque, les agissements peu éthiques de ces présidents sont passés totalement inaperçus et beaucoup d'étudiants non mobilisés ont cru que c'était les étudiants qui avaient bloqués alors que c'était les présidents qui avaient fermé administrativement les facs!!! (3 semaines quand même sur la fac de lettres d'aix pour suelement quelques jours de blocage par les étudiants). Résultat tous les étudiants en voulaient aux "bloqueurs" et soutenaient Caverni quand il nous envoyait les flics alors que c'était lui qui avait fermé la fac la majeure partie de la mobilisation (un peu blasant sur le principe quand même!!! confused )
diviserregner
Et donc cette année ce qui s'est passé c'est que même les présidents d'université ont réalisé qu'ils s'étaient fait prendre pour des cons, notamment en ce qui concerne le budget car l'état se desinvestit de + en + au niveau des aides aux universités, donc au final ça sert pas à grand chose aux présidents d'université d'être les capitaines tout puissant d'un navire à la dérive! (c'est pour ça qu'il rechigne moins à nous soutenir maintenant!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.appeldesappels.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)   

Revenir en haut Aller en bas
 
suite débat sur le debrayage des cours (fac de lettres aix)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cours du CNED, Lettres-Histoire, 2005-2006
» CAPLP lettres-histoire 2013 externe
» limite d'une suite géométrique de matrices
» Suite périodique ?
» Récupération de cours suite à une convocation de l'administration

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DE COORDINATION NATIONALE ETUDIANTE :: VIE DU FORUM :: DISCUSSIONS GÉNÉRALES-
Sauter vers: