FORUM DE COORDINATION NATIONALE ETUDIANTE

Le lieu de convergence des informations sur les luttes.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionforum de la coordination lycéenne

Partagez | 
 

 Libé : La manif des chercheurs et des étudiants se termine au commissariat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
céline
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 407
Age : 33
Date d'inscription : 12/06/2007

MessageSujet: Libé : La manif des chercheurs et des étudiants se termine au commissariat   Jeu 12 Mar - 0:13

Citation :
La manif des chercheurs et des étudiants se termine au commissariat

«Rien ne bouge». Sur
la base de ce constat largement partagé dans le cortège, les
enseignants chercheurs rejoints par les étudiants ont une fois de plus
manifesté ce mercredi 11 mars dans les rues de Toulouse.

Faute d’être entendu, le mouvement contre la réforme de l’université
lancé en décembre dernier cherche désormais d’autres formes d’actions.

À Toulouse, après le tour de piste sur les boulevards, la
manifestation forte de 3000 participants selon les organisateurs, 1500
pour la police s’est terminée devant le commissariat central de
l’embouchure. Afin de soutenir une dizaine de manifestants d'un
collectif de "précaires en lutte" interpellé plus tôt dans la matinée
suite à une réquisition de nourriture dans un supermarché.



14 h place du Capitole. La section musique de l’Institut de formation des maitres (IUFM) de Muret répète avant le départ de la manifestation."Une marche funèbre dans le style tambour japonais, explique Odile, la chef d’orchestre Elle
correspond à l’état d’esprit de certains d’entre nous devant cette
réforme. Mis à part le début de négociation sur le statut des
enseignant chercheurs on n’est toujours au même point après trois mois
de manifestation".


"On reste dans le flou. Les étudiants de l’IUFM ne savent toujours pas s’ils pourront s’inscrire en cours l’année prochaine", reprend Raphaël, le préposé au gong.

Nathalie, enseignante en génie chimique à l’université Paul Sabatier est la fois "découragée mais remontée". Découragée «de manifester depuis février et de constater que rien n’a évolué d’un iota, dit-elle Mais remontée pour obtenir une remise à plat du projet de loi de Valérie Pecresse et passer à d’autres formes d’actions. Elle ajoute :
"ce matin nous avons demandé à ce que le directeur de l’IUT de
Toulouse démissionne de ses activités administratives si nous ne sommes
pas entendus d’ici le 20 mars prochain"
.

15 h, ça chauffe du coté des organisateurs de la manifestation. Le
service d’ordre de la Fédération syndicale unitaire (FSU) veut s’en
tenir au parcours habituel sur les boulevards. De leur côté, les
étudiants veulent aussi soutenir une dizaine de militants en garde à
vue au commissariat central, suite à une «auto réduction» de nourriture dans un supermarché plus tôt dans la matinée.

Le cortège finit par démarrer. En marge des slogans habituels, Lucie
et Mona, étudiantes au Mirail sont venues avec leur panier "Esprit
bio". Il ne contient pas d'explosifs mais des cocktails fabriqués
maison. "On en marre de suivre des slogans et des banderoles vieilles comme le monde", disent-elles. À la place, les deux activistes exhibent un "savon à laver les idées préconçues" et une "boisson énergisante qui aide à réfléchir avant de d’agir".

16h, le cortège stoppe place Jeanne d’Arc. Aux cris de "libérons nos camarades", les
étudiants décident de continuer jusqu’au commissariat central du
boulevard de l’Embouchure. Les "camarades" qu'il s'agit de libérer y
sont "à la suite à une action d’auto réduction dans un supermarché, explique Pierre. En clair ils ont remplis les caddies de nourriture pour la redistribuer sans passer par les caisses».

Une demi-heure plus tard, plus de 500 manifestants se retrouvent
devant le commissariat. La station de métro est fermée. Une
cinquantaine de CRS ont dressé des barrières anti émeutes sur le
boulevard de l’Embouchure. En arrière garde, les fonctionnaires de la
brigade anti criminalité (BAC) ont sorti les casques et les gilets
pare-balles. Le face à face s’installe sans débordements. Bloquée une
habitante voisine du commissariat soupire : "c’est la faute à Sarko, regardez où sa politique nous mène".


J-M.E

Source : http://www.libetoulouse.fr/2007/2009/03/la-manif-des-ch.html


Et alors ?? Charge ? Arrestations ?
c'est quoi cet article qui donne pas la fin de l'histoire ?
Quelqu'un à des info ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Libé : La manif des chercheurs et des étudiants se termine au commissariat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Paris] 07.01.12 Manifestation pour la libération animale
» Manif du 23 juin 2013, à Lyon (Pour la libération de Nicolas)
» Prière pour se libérer des liens mauvais !
» Chapelet de la libération ! Apporte de nombreuses guérisons et libérations.
» Se libérer du regard des autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DE COORDINATION NATIONALE ETUDIANTE :: LUTTES EN FRANCE (à l'université et ailleurs) :: INFO AU NIVEAU LOCAL :: région MIDI-PYRENEES :: (31) HAUTE-GARONNE-
Sauter vers: