FORUM DE COORDINATION NATIONALE ETUDIANTE

Le lieu de convergence des informations sur les luttes.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionforum de la coordination lycéenne

Partagez | 
 

 Non à l'OTAN!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lya
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 2458
Age : 34
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 09/06/2007

MessageSujet: Non à l'OTAN!   Ven 10 Avr - 3:32

Le retour de la France dans l’OTAN, un danger pour l’indépendance ? C’est quoi l’OTAN ?


source : http://www.web-libre.org/breves/OTAN,4150.html

Citation :

Alors que Nicolas Sarkozy a décidé un retour de la France dans l’OTAN, cette décision devant être officialisée début avril, lors du sommet de Strasbourg, plusieurs voix s’élèvent contre ce projet dont celle de François Bayrou qui réclame un référendum sur une « décision si grave ». Il a déclaré : « Je le dis à Nicolas Sarkozy : nous ne voulons pas perdre notre indépendance et pas davantage le symbole de notre indépendance ». Le Général de Gaulle avait décidé de quitter le commandement de l’OTAN en 1966. Or, Nicolas Sarkozy a argumenté samedi à Munich : « le retour dans l’OTAN ne met pas en cause l’indépendance de la France mais la renforce ».

Alors c’est quoi au juste l’OTAN ?
L’OTAN est l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, une organisation politico-militaire qui a été créée le 4 avril 1949 par les signatures du traité de Bruxelles qui comptait la Belgique, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et le Canada ainsi que cinq autres participants le Danemark, l’Italie, l’Islande, la Norvège, le Portugal. Il fallait en effet à l’époque garantir la défense et la sécurité de l’Europe face à l’Union soviétique. Paris a longtemps été le siège de l’OTAN jusqu’en 1966 quand le Général de Gaulle avait pris la décision de quitter l’organisation. Depuis, le siège se situe à Bruxelles et le commandement militaire est situé à Mons en Belgique. Ce traité militaire stipule entre autres que si l’un des pays signataire était touché par la guerre, les autres devraient intervenir. Cela dit, l’OTAN va permettre aux Etats-Unis d’accroître leur hégémonie sur les pays partenaires et sur le monde. Durant la Guerre froide, les Etats-Unis avaient déployé de nombreuses forces terrestres en Europe. Le Général de Gaulle avait décidé de retirer la France du gouvernement militaire intégré en mars 1966 pour protester contre l’enlisement américain dans la guerre du Vietnam. La France ainsi, se laissait une certaine autonomie quant à ses décisions d’intervention et c’est ainsi qu’elle refusa de participer à la dernière guerre en Irak, le temps lui avait donné raison par la suite car les arguments déployés par G.W.Bush s’étaient avérés complètement faux.

Depuis 2004, l’OTAN compte 26 membres avec l’arrivée de sept nouveaux pays venant de l’ancienne URSS. Son budget était de 1,735 milliard d’euros en 2005 (budget civil, militaire de fonctionnement et militaire d’investissement). Le plus gros contributeur est les Etats-Unis pour près de 30 %, l’Allemagne pour 20 %, le Royaume-Uni pour 11,59 %, l’Italie pour 7,33 % et la France pour 6,40 % soit 110 millions d’euros car depuis le Général de Gaulle la France a un statut particulier. En effet, sa part théorique devrait être de 13 % mais elle est la seule à avoir une sorte de financement à la carte. Soit, elle peut choisir au cas par cas les opérations et les programmes qu’elle veut financer. A l’inverse, les Français ne peuvent répondre aux appels d’offres de l’OTAN.

Tout le problème est donc là… La France pourrait remporter des marchés d’armes mais devrait renoncer à sa politique d’indépendance qui lui a fait choisir de ne pas entrer dans des conflits soit risqués, soit inutiles pour obéir, comme les autres, à la politique étrangère américaine. La France, membre de fondateur de l’OTAN reste toujours membre de l’Alliance Atlantique mais elle n’est pas membre de la structure militaire intégrée. Jacques Chirac avait un peu modifié la donne en autorisant un représentant français au comité militaire en 1996.

En redevenant membre à part entière de l’OTAN, François Bayrou craint l’hégémonie américaine ; « Avec les Etats-Unis, nous sommes alliés mais nous ne sommes pas alignés. Nous sommes indépendants. La marque de cette indépendance, celle que nous avons préservée, c’est de n’être point lié à l’intérieur du commandement intégré de l’OTAN. Quand on est intégré, on ne compte plus ».

Cette question est donc épineuse et actuelle car l’on sait que Barack Obama veut augmenter ses troupes en Afghanistan. Il sera sans doute demandé la même chose à tous les membres de l’OTAN…


Dernière édition par Lya le Ven 10 Avr - 3:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.appeldesappels.org/
Lya
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 2458
Age : 34
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 09/06/2007

MessageSujet: Re: Non à l'OTAN!   Ven 10 Avr - 3:37

Après comme avant Strasbourg : Non à l'OTAN !

source : http://www.france.attac.org/spip.php?article9797

Citation :
article publié le 6/04/2009

auteur-e(s) : Attac France

Le sommet du 60e anniversaire de l’OTAN s’est achevé avec l’affichage d’une unité qui prévaudrait entre chefs d’État. Dans le contexte de la crise du système capitaliste et des échecs que connaissent l’OTAN en Afghanistan et la coalition militaire en Irak, il était impossible que le sommet de l’OTAN, comme la réunion du G20, ne soient pas présentés comme de « grandes avancées » ; relayées par les médias, l’autosatisfaction et les congratulations sont des armes ordinaires de la communication, mais, derrière la « famille réunie », que nous apprennent les décisions prises au sommet de l’OTAN ?



Concernant l’Afghanistan, les plans des États-Unis consistent en un « engagement à long terme » et un renforcement des moyens militaires en hommes, en matériel et en moyens financiers. Ils signifient également l’élargissement de l’intervention par une « approche régionale plus affirmée » qui associe « tous les voisins de l’Afghanistan », notamment « les zones occidentales » du Pakistan. Autre volet de l’intervention, la validation de la stratégie de prévention, déjà utilisée dans les Balkans et en Afrique, qui attribue aux forces armées un rôle « humanitaire » et de « reconstruction », sème la confusion avec les missions des ONG humanitaires. Cette stratégie vise à étendre les interventions militaires et paramilitaires au Pakistan, ouvrant la boîte de Pandore vers une plus grande déstabilisation et un élargissement incontrôlé du conflit. Ces plans d’une « guerre Obama », ont reçu un plein soutien des pays membres de l’OTAN.

Bémol d’importance, la démonstration d’unité sur l’Afghanistan est fortement tempérée par le peu d’engagement des Européens à apporter un soutien militaire aux forces états-uniennes, Mais, pourront-ils résister à la pression : avant l’ouverture du sommet, le président Obama, lors de sa rencontre avec Nicolas Sarkozy, a bien précisé que la nouvelle stratégie « aura une composante militaire et l’Europe ne devrait pas s’attendre à ce que les États-Unis portent seuls ce fardeau. Parce que c’est un problème qui nous est commun. Et il nécessite un effort conjoint. » Venu en Europe en déclarant : « les États-Unis sont prêts à assurer leur leadership », il a clairement fait entendre qui était aux commandes.

Autre question à la table des négociations, le rétablissement du « dialogue et de la coopération » avec la Russie qui touche à trois objectifs clés de l’OTAN : « la stabilisation de l’Afghanistan », « la lutte contre le terrorisme » et « la non-prolifération des armes de destruction massive ». Sur ces questions la place de la Russie est stratégique, qu’il s’agisse des bases aériennes à disposition de l’OTAN vers l’Afghanistan, de sa participation à l’opération Active Endeavour en Méditerranée ou de sa proximité avec l’Iran. Deux sujets font obstacle au « dialogue et à la coopération » avec Moscou : l’installation d’un bouclier antimissile par les États-Unis sur le continent européen et l’intégration dans l’OTAN de l’Ukraine et de la Géorgie, pays ayant des frontières communes avec la Russie.

La nécessité pour l’Europe d’avoir des relations normalisées avec la Russie a fait reporter l’admission de l’Ukraine et de la Géorgie, mais le président Obama n’a pas manqué de préciser à l’adresse de Kiev et Tbilissi que « la porte reste ouverte aux autres pays qui répondent aux critères de l’OTAN ». Sur l’installation du bouclier antimissile, accepté par l’OTAN lors du sommet de Bucarest en 2008, Obama a déclaré à Prague, le lendemain du sommet de Strasbourg : « tant que la menace de l’Iran persistera, nous avons l’intention d’aller de l’avant ». En la matière comme en d’autres, le leadership états-unien prévaut ; pour Washington, comme pour Moscou, il s’agit d’un dialogue bilatéral dans lequel l’Europe ne dispose même pas d’un strapontin.

La nouvelle stratégie de l’OTAN, à laquelle fait appel Nicolas Sarkozy, qui doit succéder au concept stratégique dit du XXIe siècle adopté à Washington en 1999, a pour objectif que l’OTAN soit en mesure d’assurer des missions globales, de portée globale avec des partenaires globaux, où que ce soit dans le monde, pour assurer le règne de l’économie de marché et faire face à la crise du système capitaliste. Un « conseil des sages » a été nommé à cet effet ; il n’y a pas à douter de l’orientation de ses conclusions à venir qui confirmeront, d’une part, le leadership de Washington sur l’OTAN et, d’autre part, le caractère idéologique de l’appartenance à l’OTAN, directoire politico-militaire de la « famille occidentale » et de l’économie de marché.

Le choix du nouveau secrétaire général a été le principal suspense d’un Sommet où priorité était donnée à « l’unité de la famille ». Au terme des conciliabules et des compromis, à la succession de l’atlantiste Jaap de Hoop Scheffer succède l’atlantiste Anders Rasmunssen. Tant en Irak qu’en Afghanistan, l’engagement de Rasmunssen a été sans faille. Actif soutien de Georg Bush, comme premier ministre du Danemark, il fut l’un de plus chauds partisans de l’intervention en Irak, et en Afghanistan le contingent danois est le plus important en rapport avec la population du pays. L’opposition à sa nomination venait de la Turquie, Rasmunssen ayant défendu les caricatures publiées dans un journal danois ; le compromis passé pour permettre sa nomination est une promesse d’intégration de la Turquie dans l’Union européenne. Ce qu’a confirmé le président Obama quand, au lendemain du sommet de Strasbourg, il a demandé lors d’une réunion des membres de l’Union européenne l’intégration de la Turquie à l’Union. Ainsi l’affirmation que le rôle de la France serait renforcé en réintégrant le commandement unifié de l’OTAN se voit par deux fois démentie par la nomination de Rasmunssen, et la posture de Nicolas Sarkozy sur la Turquie l’oblige au divorce d’avec sa famille et avec Anders Rasmunssen qui est un secrétaire général opposé à tout pilier européen de la défense.

Pour résoudre les crises et contradictions dans le monde, le choix est entre la concertation, la solidarité ou la force et la violence armées. Les altermondialistes font le choix de la concertation et de la solidarité qui est celui de la raison contre une politique dangereuse pouvant entraîner l’Europe et le monde jusqu’à des aventures nucléaires. Il faut, pour sortir de cette logique infernale, faire entendre et comprendre l’importance de s’opposer à la stratégie d’une OTAN globalisée, libérer la France et l’Europe de la tutelle de l’OTAN, s’opposer à l’installation de bases de missiles antimissiles sur notre continent qui font de celui-ci une cible, dénoncer la politique sécuritaire, qui se conjugue avec la politique de défense, pour imposer aux peuples l’ordre mondial néolibéral dont les conséquences avec la crise globale sont aujourd’hui toujours plus évidentes et brutales.

Attac France,
Montreuil le 6 avril 2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.appeldesappels.org/
Lya
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 2458
Age : 34
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 09/06/2007

MessageSujet: Re: Non à l'OTAN!   Ven 10 Avr - 3:39

A propos du contre sommet de l'OTAN début avril ------> ICI

Débats ouverts à propos de l'OTAN ------> ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.appeldesappels.org/
Lya
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 2458
Age : 34
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 09/06/2007

MessageSujet: Re: Non à l'OTAN!   Jeu 16 Avr - 1:42

Citation :
Nous vous invitons à poursuivre l'action pour la Paix :


- en vous informant des suites du contre-sommet de l'OTAN sur www.otan-non.org.

- en écrivant votre témoignage de la manifestation ou en donnant votre avis sur le Forum de la paix afin de construire les suites judiciaires à donner au 4 avril

- en faisant un don pour contribuer aux futurs frais de justice.

Le collectif OTAN-Afghanistan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.appeldesappels.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Non à l'OTAN!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Non à l'OTAN!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un radar de l'OTAN sur le champ de bataille d'Austerlitz
» Pour un officiel de l'OTAN, une guerre éclatera cet été !
» L'Union Européenne et les raids de l'OTAN
» La Scène OVNI canadienne
» Medvedev brandit la menace d'une course aux armements

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DE COORDINATION NATIONALE ETUDIANTE :: LUTTES AU NIVEAU EUROPEEN (ET INTERNATIONAL) :: AUTRES NOUVELLES DU MONDE-
Sauter vers: