FORUM DE COORDINATION NATIONALE ETUDIANTE

Le lieu de convergence des informations sur les luttes.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionforum de la coordination lycéenne

Partagez | 
 

 Stéréotypes et discriminations dans les manuels scolaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lya
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 2458
Age : 34
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 09/06/2007

MessageSujet: Stéréotypes et discriminations dans les manuels scolaires   Jeu 16 Avr - 0:03

Stéréotypes et discriminations dans les manuels scolaires
http://www.doutagogo.com/article-24686306.html
[Blog d'Agnès Lenoire]
les manuels scolaires

Citation :



Cet article vient d'être repris par le site Rue89, sous une forme plus courte et sous le titre "Ces clichés sexistes que les enfants apprennent à l'école", à la date du 14 novembre 2008.




« Il s’agira de développer les dispositions générales et fondatrices de notre système, relativement aux principes d’égalité et de non-discrimination, afin d’expliquer en amont les propositions que nous formulerons à l’attention des éditeurs. » Page 16 du rapport

L’Université de Metz vient de réaliser pour le compte de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Égalité (HALDE) un rapport de deux cents pages concernant la « place des stéréotypes et des discriminations dans les manuels scolaires ». L’approche fut réalisée sur trois fronts : juridique, cognitive, socio-psychologique et a concerné les femmes, les minorités visibles, les personnes en situation de handicap, les personnes homosexuelles et les seniors. Je m’attacherai ici à la partie concernant les femmes.

Les appels à vigilance pour la non discrimination dans les manuels scolaires ne sont pas récents : le premier a eu lieu dans la Convention des Nations Unies en 1964, puis des actions de sensibilisation ont été entreprises dans les années 1970, une conférence des Nations Unies fut consacrée à cette question en 1980, un ministère des droits de la femme fut créé en 1981, un comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes se fit jour sous l’impulsion de l’ONU en 1988. Enfin de nombreuses circulaires ont rappelé la nécessité de la non discrimination en 1983, 1984, 1995, 2000, 2005, 2006.

Le rapport insiste en préalable sur deux points : l’importance du manuel scolaire chez l’enfant et sa famille, qui représente un référent, un appui solide reflétant l’état d’esprit d’une société et l’état de ses savoirs ; le manuel transmettra alors les valeurs qui y sont contenues. L’importance aussi du « poids de l’intériorisation des stéréotypes de sexe ». Les familles n’en sont pas toujours conscientes mais les petits gestes ou mots discriminatoires de chaque jour, considérés comme anodins, imprègnent d’autant mieux l’esprit qu’ils passent inaperçus. Il en est de même des images dans les manuels scolaires. Présentes en tant qu’illustrations, ne véhiculant pas le fond du propos, elles confortent pourtant les discriminations, leur attribuant un statut « de nature ».



LES QUESTIONNAIRES

Lors des questionnaires aux élèves et aux enseignants, un collégien a remarqué que, systématiquement, dans les illustrations de son livre de maths, l’enfant qui ne comprend rien aux maths est une fille, et que, dans un manuel de technologie, c’est une fille qui est perplexe devant une machine-outil. Or, les études sociologiques (Terrail, 1997) montrent que les résultats des filles aux tests d’entrée en sixième sont supérieurs à ceux des garçons, à la fois en français et en maths. Dans les questionnaires aux enseignants, il semble que ceux-ci justifient parfois la discrimination par la transcription de la réalité. Par exemple, des profs pensent que, si la femme est représentée au foyer dans les manuels d’économie, c’est parce qu’ils enseignent « une matière où l’on doit voir l’évolution de la place de la femme, donc c’est difficile de dire qu’il y a discrimination ». L’argument du « reflet de la réalité » est un argument largement servi, en toute bonne foi. Il peut aussi être avancé pour la publicité, où la réalité est abondamment transcrite, sans se préoccuper de l’image immuable qu’elle entretient ; sauf que du côté des publicitaires, on aura du mal à dénicher la « bonne foi ». En voulant relativiser le poids du stéréotype ainsi diffusé, les profs d’économie semblent ignorer que les femmes ont de tout temps travaillé, mais que leurs métiers de petites fourmis les laissaient dans l’ombre.

Les professeurs interrogés sont unanimes pour dire que certaines illustrations de métiers éliminent totalement les femmes : pompiers, maîtres-nageurs, médecins etc. Certains enseignants d’éducation civique notent toutefois une vision constructive du stéréotype dans leurs manuels, dans le but de l’analyser et de mieux en comprendre les enjeux économiques et conséquences sociales.

L’OBSERVATION DE 29 MANUELS

En 1997, le rapport Rignault, Richert signalait que les femmes apparaissaient moins souvent dans les manuels, et quand c’était le cas, c’était dans des rôles mineurs (lettres, journaux intimes etc.) Les femmes contemporaines étaient presque absentes, au profit de la femme-allégorie, femme-mère de famille, femme-objet (mise en avant par sa « plastique »). Plus grave, la mention dans tous les manuels d’histoire de l’avènement, en 1848, du suffrage proclamé « universel » alors qu’il en écarte la moitié de la population, les femmes françaises ne votant qu’à partir de 1945. Les auteurs du présent rapport constatent que, si il y a eu une petite évolution dans les manuels de 2008, elle est pourtant loin d’être satisfaisante ni même significative. Malgré la loi du 6 juin 2000 sur « l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives », le monde politique présenté par les manuels d’histoire des lycées est un monde dominé par les figures masculines. En 2005, Amandine Berton-Schmitt, au cours d’une recherche pour l’Observatoire de la parité, notait que les 37 manuels d’histoire du secondaire qu’elle avait observés présentaient d’innombrables figures traditionnelles étriquées susceptibles d’entraver chez les jeunes leur perception de l’égalité hommes-femmes. Dans un manuel d’anglais de chez Hatier (2002), on trouve 3 figures individuelles de militantisme (Gandhi, M. L. King, N. Mandela), 2 inventeurs, 6 astronautes/cosmonautes hommes, le premier touriste de l’espace, 1 chanteur, 1 auteur, un acteur, mais seulement une écrivaine (A. Christie) et une figure collective de militantisme (les suffragettes).



QUATRE GRANDS STÉRÉOTYPES

Quatre grands stéréotypes se dégagent des manuels actuels : Les femmes « femmes de ménage » remportent la palme de la fréquence d’apparition dans les illustrations des manuels. Les femmes aux « petits métiers dévalorisés » : elles ne sont presque jamais montrées dans les positions de chef (l’infirmière est en arrière-plan du médecin, la secrétaire derrière son patron). Les femmes fragiles ou soumises : femmes moins capables de performances physiques, mais aussi victimes de mauvais traitements. Sur ce dernier point, le rapport mentionne que les violences faites aux femmes, si elles doivent être dénoncées, ne doivent pas se substituer aux modèles de femmes actives et dominantes, qui existent aussi. Les femmes gentilles idiotes ou objets du désir masculin : surtout visibles dans les livres de technologie, où les femmes sont tournées en dérision. Par contre les disciplines de Sciences Économiques et Sociales sont celles où les stéréotypes sont non seulement présentés, mais aussi décortiqués, analysés.

QUELQUES CHIFFRES

Sur l’ensemble des illustrations balayées, 1046 montrent des hommes dans un contexte professionnel, et seulement 341 des femmes dans ce même contexte.

Toujours pour la sphère professionnelle, les femmes au statut supérieur ou prestigieux représentent 1,44 % du total des images.

Dans la sphère domestique, les hommes apparaissent dans 25% des cas, les femmes seules dans 32%.

Dans un manuel de littérature française pris comme « cas d’école », sur 126 documents de la première partie, seuls 16 sont d’auteures (mais 8 ont été employées à la question de la place des femmes !). Dans ce même livre, la seconde partie propose 143 documents, dont 13 seulement issus d’auteures (qui, de plus, ont déjà été citées précédemment…). Moins de 3% des artistes d’art moderne cités sont des femmes, mais 83% des nus sont des corps de femmes.


Au total, les documents d’auteures pour cet ouvrage de français équivalent à 10% du corpus total.


RECOMMANDATIONS de la HALDE

Les éditeurs n’ont pas l’intention de bouleverser le monde quand ils élaborent leurs manuels. Ils y introduisent tous les clichés sexistes et discriminatoires de notre société, sauf si l’objectif est justement de décrire l’évolution des femmes et le rapport des genres (manuels d’éducation civique ou de SES). La HALDE recommande une attention toute particulière aux mots, vecteurs puissants des idéologies, en particulier en adoptant la féminisation systématique des noms de fonction qui peuvent l’être.

Elle demande aussi à ce que soient employés les deux genres dans les descriptions de situation, surtout s’il s’agit de métiers. Elle insiste pour que les femmes apparaissent dans « tous les chapitres », « tous les domaines », et dans « tous les contextes », comme les hommes le sont. Elle préconise de ne pas cantonner la représentation des femmes à la sphère domestique, mais de la montrer dans toutes les sphères sociales.

Elle recommande aussi de dénoncer les contre-vérités sur les capacités physiques (qui doit être évaluée comparativement à la corpulence), sur les capacités intellectuelles (citer les femmes qui ont réussi, prendre en compte la réalité des succès scolaires des filles, ne pas influencer les jeunes filles systématiquement pour les pousser aux métiers sociaux).

En conclusion, la HALDE demande une « déconstruction des stéréotypes ordinaires », une « relecture des manuels par un comité de lecture, une formation généralisée de l’ensemble des personnels à la lutte contre les discriminations et stéréotypes sexistes. »

Les éditeurs n’ont pas vraiment apprécié. Ils ont d’ores et déjà fait savoir « qu'ils souscrivent à la poursuite de la lutte qu’ils ont engagée contre les stéréotypes dans les manuels scolaires, dans le respect de la véracité des faits rapportés, et dans les limites définies par les programmes ». (Café Pédagogique du 7 novembre 2008)

Pour prolonger la réflexion sur le statut des femmes, allez visiter le blog d’Olympe, il est très actif et suit de près le fil de l’actualité.

Illustrations de José Tricot


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.appeldesappels.org/
Psykateka

avatar

Féminin Nombre de messages : 30
Age : 32
Localisation : Massilia
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: Re: Stéréotypes et discriminations dans les manuels scolaires   Jeu 16 Avr - 18:41

dans le même genre je conseille "L'arrangement des sexes" d'Erving Goffman...qui nous montre comment n'importe quelle situation sociale ne fait que conforter les stéréotypes de genre masculins et féminins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Stéréotypes et discriminations dans les manuels scolaires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manuels scolaires et marchés publics
» Manuels scolaires
» acquisition manuels scolaires
» Manuels scolaires en lycée
» LOGICIEL DE GESTION MANUELS SCOLAIRES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DE COORDINATION NATIONALE ETUDIANTE :: VIE DU FORUM :: DISCUSSIONS GÉNÉRALES-
Sauter vers: