FORUM DE COORDINATION NATIONALE ETUDIANTE

Le lieu de convergence des informations sur les luttes.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionforum de la coordination lycéenne
anipassion.com
Partagez | 
 

 Analyse sur les nouveaux négationnistes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nico37



Masculin Nombre de messages : 370
Age : 38
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Analyse sur les nouveaux négationnistes   Ven 24 Juil - 16:06

Une camarade sur un autre forum a écrit:
A mon avis, ce serait intéressant de nous intéresser aux mutations du négationnisme, et aux manières d'y faire face.

En effet, la nouvelle génération, tout en saluant évidemment les "pères fondateurs", s'oriente vers une toute autre direction.

Il ne s'agit plus tant de nier le génocide nazi, et la spécificité profonde de ce régime, que de le banaliser perpétuellement, d'une part, et d'autre part de le justifier indirectement en réactivant le discours sur l'"arrogance" juive qui conduit inéluctablement aux pires excès antisémites.

L'extermination des Juifs d'Europe n'est pas forcément niée, elle l'est même de plus en plus rarement, mais elle est ramenée à un massacre banal, comme en commettent chaque jour la plupart des pays du monde.

Par un renversement total du sens, le seul Etat qui ferait exception dans l'horreur, le seul qui mériterait d'être mis "au ban de l'humanité" serait l'Etat Juif. Le négationnisme aujourd'hui, ce n'est pas dire que les nazis n'ont pas exterminé les Juifs d'Europe, c'est prétendre que sur la planète et dans l'Histoire, les véritables SS sont les "sionistes", et que la seule entreprise d'extermination des peuples jamais déjouée depuis l'esclavage jusqu'à la fondation de l'Etat d'Israel est celle du "sionisme".

L'expression de "détail" de l'Histoire de la Seconde Guerre Mondiale prend tout son sens dans ce nouveau contexte conceptuel: pour les "antisionistes", en réalité, l'extermination des Juifs est bien un "détail", une "anecdote", mais sans que cela signifie forcément que ce soit l'entreprise d'extermination qui soit niée en tant que telle.

Il s'agit d'un "détail" historique au sens, ou finalement le nazisme est présentée comme une parenthèse, dans la longue ascension de l'idéologie sioniste.

C'est notamment le sens des discours, ouvertement liés à l'extrême droite ou pas qui insistent sans arrêt sur la stratégie continue et réfléchie depuis l'origine , transmise de générations entre générations de "sionistes" depuis Herzl jusqu'à la fondation de l'Etat d'Israel.

Dans le discours "antisioniste" français, le génocide nazi est simplement un accélérateur, un point d'appui pour les sionistes qui travaillent à leur entreprise nationaliste depuis le congrès de Bâle.

Le génocide ne serait finalement qu'un revers temporaire pour les "sionistes", mais que leur habileté "diabolique" leur aurait permis de retourner à leur profit, quand les autres peuples, eux opprimés et persécutés par ce même "sionisme" n'auraient jamais eu la possibilité de "profiter" de leur statut de victimes.

Le négationnisme aujourd'hui, c'est d'abord présenter le nazisme comme un "accident" de l'Histoire, une anomalie atroce sur laquelle il n'y aurait rien à dire de plus, parce qu'elle serait définitivement révolue.

D'ou cette obsession à décréter l'antisémitisme quasi disparu, et à ranger l'extrême droite actuelle nationaliste et antisémite au rang de curiosité pas très nuisible.

Le négationnisme renouvelé, c'est refuser à l'antisémitisme toute autre explication que celle des actes de "certains" Juifs, qui exciteraient à tort la population entière contre TOUS les Juifs.

Pourquoi faire ?

En France, la nouvelle génération de l'extrême droite antisémite ne me semble pas nostalgique du troisième Reich, et à part quelques illuminés, la réhabilitation des nazis, c'est le dernier de leurs soucis.

En réalité, c'est comme si le négationnisme nouvelle école était une tentative de renouer les fils du passé pré fasciste. Les "modèles" de Soral et consorts ne sont pas le NSDAP ou Goebbels, mais Maurras, Sorel , Barrès ou Déroulède, la Ligue Patriotique et le boulangisme. Leurs références ce ne sont pas vraiment les années trente, mais plutôt la période qui va de la défaite de 1870 à 1914, ces moments, où à de nombreuses reprises, la droite nationaliste a mobilisé en masse une partie du prolétariat urbain sur des bases ultra réactionnaires, masquées sous un discours socialisant, où elle a pu espérer , par les urnes ou par la rue prendre le pouvoir. Et notamment, en utilisant l'antisémitisme comme le ciment du nationalisme, et comme le rempart du capitalisme et de la protection de la propriété privée, comme l'arme propre à masquer les rapports de classe.

Avec la complicité d'une partie de l'extrême gauche française de l'époque, celle à propos de laquelle Engels parlait du "socialisme des lâches et des imbéciles" (ou quelque chose comme ça).

Cette extrême gauche qui ressemble tant à la nôtre, dont une partie sombre corps et âme dans le nationalisme le plus chauvin et l'antisémitisme le plus éculé et le plus sordide, tandis qu'une autre se tait par opportunisme, ou par peur de paraître défendre le "système" en attaquant certains de ses prétendus ennemis, qui n'en sont pas moins les nôtres.
L'une des issues fatales de ce glissement français mais aussi européen, a été le nazisme et sa domination sans partages, parce que non entravée par un mouvement prolétaire affaibli et en partie corrompu par la diffusion progressive des thèses nationalistes et antisémites en son sein, en tout cas en Europe de l'Ouest.

Après guerre, la découverte du génocide nazi a détruit ce courant, et a rendu pour longtemps impossible l'ambiguité qui règne aujourd'hui à nouveau. Parce que chacun avait devant soi la conséquence la plus ultime du discours antisémite, l'extermination des Juifs mais aussi la guerre et la destruction du mouvement ouvrier.

Réhabiliter le nationalisme antisémite et raciste, repartir à l'assault des masses, au moment qui a été toujours été favorable à ce courant, une période ou la "crise" délégitime totalement la République bourgeoise, ou une partie des capitalistes a besoin des facsistes pour entraver la lutte, pour diviser et affaiblir, nécessite de faire disparaître totalement la conscience de ce qu'est réellement l'antisémitisme de combat.

Il est vital [pour eux] que le nazisme soit perçu comme une parenthèse définitivement refermée, comme une "curiosité" tout juste bonne à faire le bonheur de quelques historiens obsédés, un massacre parmi d'autres, qui peu-être ne serait jamais survenu si "depuis 2000 ans, les Juifs s'étaient posés la question de savoir pourquoi ils se prennent des coups dès qu'ils débarquent quelque part", comme le développe si souvent Soral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Analyse sur les nouveaux négationnistes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les Nouveaux Robinsons (RP)
» nouveaux cantiques
» Dotation horaire élève/prof dans les nouveaux programmes
» Les nouveaux pêchés du Pape Ratzinger
» Nouveaux restos végé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DE COORDINATION NATIONALE ETUDIANTE :: VIE DU FORUM :: DISCUSSIONS GÉNÉRALES-
Sauter vers: