FORUM DE COORDINATION NATIONALE ETUDIANTE

Le lieu de convergence des informations sur les luttes.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionforum de la coordination lycéenne

Partagez | 
 

 Le pen reçu à l'Elysée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lya
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 2458
Age : 33
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 09/06/2007

MessageSujet: Le pen reçu à l'Elysée   Jeu 21 Juin - 0:42

Politique



Reçu à l'Elysée, Le Pen salue le "geste démocratique" de Sarkozy

AP | 20.06.2007 | 21:49






Reçu mercredi matin à l'Elysée pendant une demi-heure par Nicolas Sarkozy dans le cadre de ses consultations sur le Conseil européen de jeudi et vendredi, Jean-Marie Le Pen a salué le "geste démocratique" du chef de l'Etat, qui met selon lui fin à une "anomalie".

"Je note que le président de la République a depuis longtemps pris l'initiative de recevoir le président du Front national, ce que je considère comme un geste démocratique", s'est félicité le président du FN à l'issue de cette entrevue inédite. "C'était une anomalie que le Front national ne soit pas considéré comme un parti politique comme les autres".

Alors qu'on lui demandait s'il était fier de se retrouver à l'Elysée, il a balayé la question, agacé. "Non Monsieur! J'y ai déjà été bien avant, vous savez. J'ai une vie politique de cinquante ans, j'ai rencontré d'autres présidents de la République".

Nicolas Sarkozy "m'a entretenu de ses projets européens. Je lui ai dit, ce qu'il savait déjà, nos profondes divergences sur ce sujet et nous avons procédé à un échange de vues général", a ajouté Jean-Marie Le Pen.

Interrogé sur TF1, Nicolas Sarkozy a justifié sa décision de le recevoir. "J'ai vu que ça étonnait. Je comprends pas bien", a-t-il dit. "Jean-Marie Le Pen a le droit de se présenter aux élections (...) Il rassemble sur son nom des millions de personnes" et "moi je devrais tout seul dire (...) 'je ne reçois pas'?".

"S'il a le droit de se présenter c'est que la République le reconnaît comme un candidat comme les autres", a ajouté le chef de l'Etat. "Peut-être je suis celui qui l'a fait reculer le plus", a-t-il noté au passage.

Evoquant les critiques du Parti socialiste, il a rétorqué dans une allusion à la réforme du mode de scrutin aux législatives de 1986 décidée par le président François Mitterrand: "j'ai tort de le recevoir dans mon bureau, mais eux ils l'avaient reçu à l'Assemblée nationale! Ils l'avaient fait élire en modifiant le mode de scrutin".

Le leader d'extrême droite, qui a commencé sa carrière politique en 1956, avait déjà été reçu à l'Elysée sous la IVe République par le président René Coty (1954-59), puis à deux reprises sous la Ve République lors de l'intérim d'Alain Poher (du 28 avril au 19 juin 1969, puis du 2 avril au 19 mai 1974), selon le directeur de la communication du FN Alain Vizier. Ce dernier n'était pas en mesure de fournir les dates précises.

Le prédécesseur de Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac, a toujours refusé de recevoir Jean-Marie Le Pen à l'Elysée, de même que le socialiste François Mitterrand.

Le 6 juin dernier, dans un entretien au "Figaro", le chef de l'Etat avait annoncé son intention de recevoir "toutes les formations politiques représentées à l'Assemblée, au Sénat et au Parlement européen" sur la question de la proportionnelle. Interrogé sur le FN, Nicolas Sarkozy avait répondu: "Au nom de quoi l'écarterais-je, dès lors qu'il a des élus?"

Dans un communiqué, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) a déploré mercredi "un geste grave de respectabilité donnée au président d'un parti raciste et xénophobe qui fut à de multiples reprises condamné par la justice de notre pays pour ses propos racistes et antisémites". Le MRAP "s'interroge par ailleurs sur la sincérité et l'authenticité vis-à-vis du respect de certaines valeurs par le président de la République, qui invite le Président d'un parti raciste au lendemain même de nomination de secrétaire d'Etat dit de la 'diversité'".

"Cette forme de reconnaissance officielle s'inscrit dans un contexte de remontée inquiétante des 'nationalismes' étroits et exclusifs de l'autre (aussi bien en France qu'au sein de l'Union européenne ou au niveau mondial). Elle est la traduction logique d'une politique sécuritaire, anti-immigrés, menée par M. Sarkozy et qui tourne le dos aux valeurs de la République", juge le MRAP. AP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.appeldesappels.org/
 
Le pen reçu à l'Elysée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le conseiller Enseignement supérieur-Recherche de l'Elysée a quitté son poste.
» Saint Élisée
» Le GIFAS sur les Champs-Elysées
» Rions pour ne pas pleurer
» 2 décembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DE COORDINATION NATIONALE ETUDIANTE :: VIE DU FORUM :: DISCUSSIONS GÉNÉRALES-
Sauter vers: