FORUM DE COORDINATION NATIONALE ETUDIANTE

Le lieu de convergence des informations sur les luttes.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionforum de la coordination lycéenne

Partagez | 
 

 Lettre ouverte au peuple de France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
objectiv
Invité



MessageSujet: Lettre ouverte au peuple de France   Mer 5 Déc - 23:59

Citoyens Français :


Comment vous sentiriez-vous si :


vous deviez emprunter de 5 à 10 fois votre salaire annuel afin de pouvoir acquérir une maison ?

vous deviez souscrire à une assurance-maladie privée hors de prix pour être sûrs de bénéficier de quelques soins médicaux ?

les hôpitaux vous refusaient tout soin médical sans cette même assurance ?

il n’y avait aucun filet social de sûreté, aucune assurance chômage pour vous-même, votre famille, et vos enfants ?

vous
deviez travailler entre 40 et 60 heures par semaine, avec seulement une
semaine de vacances par an, et souvent uniquement après avoir travaillé
un an ou deux ?

vous
deviez emprunter de l’argent chaque année juste pour alimenter votre
famille et pour garder un toit au-dessus de leurs têtes ?

vous deviez emprunter 100 000 euros pour payer une éducation universitaire à vos enfants ?

vous
aviez un découvert sur votre carte de crédit si grand que vous ne
pourriez jamais le rembourser vous obligeant ainsi à travailler jusqu’à
votre mort ?

les
Universités (financées par les entreprises) étaient obligées
d’enseigner ce que ces entreprises décident et jugent qu’il est
important ?

toutes
les infrastructures françaises et les richesses nationales étaient
privatisées, au profit de quelques élites riches qui vous diraient ce
que vous pouvez ou ne pouvez pas faire dans votre propre pays, et vous
taxeraient sur les ressources naturelles qui sont actuellement la
propriété de tous ?


Si
vous pouvez imaginer comment serait la vie dans de telles
circonstances, alors vous savez quelle est la vie aujourd’hui pour une
majorité d’Américains. Les Américains pensent qu’il est normal de
travailler 50 heures par semaine avec seulement une semaine de vacances
par an. Il y a beaucoup d’histoires d’horreur à propos d’Américains
sans assurance n’ayant pas accès aux hôpitaux. Le système d’éducation
américain a eu comme conséquence un taux d’instruction de 50% et seuls
les riches vont à l’université.


Les Américains croient qu’une telle vie - une vie basée
sur l’argent que vous avez - est l’apogée de la liberté parce qu’ils
ont été soumis à un lavage de cerveau leur faisant croire que l’argent
fait l’homme. Voulez-vous la même chose pour la France ?


Vous ne me connaissez pas personnellement, mais, pour paraphraser une citation du film "V pour Vendetta", "Je
suis Edmond Dantès... et je suis votre frère. Et votre mère... votre
frère... votre ami. Je suis vous... et moi. Je suis nous tous.
"


Dans la vraie vie, je suis un ferme investisseur
banquier avec une de vos plus grandes banques. Je suis diplomé en
sciences économiques et j’ai passé la majeure partie de ma vie d’adulte
à observer les fluctuations des capitaux internationaux et comment ils
sont manipulés par les gouvernements et de grandes sociétés pour
convenir à leur propre agenda. Je suis également rédacteur
international sur SOTT.net parce que je le vois comme voix la plus
claire de la Vérité sur l’Internet. Mais, assez parlé de moi. C’est à
vous, c’est à la France, que je veux parler.


Beaucoup de citoyens français se rappellent comment la
France a dormi par les années 30 tandis que l’Allemagne réarmait et
faisait ses plans pour la domination européenne, les plans qui n’ont
pas été cachés, mais fièrement annoncés par Hitler et ses Nazis, et
pourtant la France a dormi et en a souffert les terrifiantes
conséquences inévitables.


Peuple de France, votre Président - un représentant de
la cabale de l’élite assoiffée de pouvoir global et de puissance
financière - a annoncé ses plans clairement juste comme Hitler, et
c’est vous qui dormez maintenant. Vous n’êtes pas envahis par une armée
mais par des idées malveillantes et répugnantes propagées par vos chefs
politiques et les médias. Le but est d’infecter vos esprits avec ces
idées et de faire des français les architectes de leur propre
destruction. Quand votre président parle de "rupture" avec le passé, ce
qu’il veut dire par là c’est une rupture de la société française, la
destruction de la façon de vivre française et votre vie ne sera
nullement moins terrifiante qu’elle l’a été lors de l’invasion
précédente par Hitler et ses hordes.


John Fitzgerald Kennedy a dit dans son célèbre discours :


"Nous sommes confrontés, de par le
monde, à une conspiration monolithique et impitoyable qui se fonde
principalement sur des moyens secrets d’augmenter sa sphère
d’influence ; par l’infiltration plutôt que l’invasion ; par la
subversion au lieu des élections, par l’intimidation plutôt que le
choix libre ; avec des guérilleros la nuit plutôt qu’avec des armées le
jour. C’est un système qui a enrôlé les vastes ressources humaines et
matérielles dans un maillet serré, une machine hautement efficace qui
combine opérations militaires, diplomatiques, d’intelligence,
économiques, scientifiques, et politiques. Ses préparations sont
cachées, pas publiées. Ses erreurs sont enterrées, pas mises en
vedette, ses dissidents sont maintenus sous silence, ne peuvent
s’exprimer tout haut ; aucune dépense n’est remise en cause, aucune
rumeur n’est imprimée, aucun secret n’est indiqué. Elle conduit à la
guerre froide, en bref, avec une discipline de temps de guerre aucune
démocratie n’espérerait jamais souhaiter s’assortir...
"


Votre ennemi est bien organisé, a des financements
illimités, est global, impitoyable et a presque le contrôle total des
médias. Votre ennemi est parmi vous et de plusieurs manières en vous,
parce que vous avez été conditionnés pour penser de manière limitée.
Votre ennemi projette de détruire vos structures sociales paternalistes
avec le déclenchement de ce qu’on appelle modèle économique
néo-libéral ; ou, comme la journaliste Naomi Klein l’appelle "le capitalisme du désatre".


Vous avez été amenés à croire que la France est d’une
façon ou d’une autre, exempte des prédations de l’économie
néo-libérale. En gros, ceci a été réalisé en vous maintenant ignorant
de la vérité par l’intermédiaire de la barrière de la langue. Le monde
d’expression anglaise est rempli d’avertissements sur ce qui signifie
l’économie néo-libérale, pourtant la littérature disponible est limitée
en France sur ces importants sujets. Pourquoi ? Comment se fait-il que
vous en sachiez si peu sur ce qu’il se passe vraiment hors de France ?


M Sarkozy essaie de manoeuvrer cette ignorance, de
stimuler un intérêt égoïste démesuré et une jalousie exagérée ce qui
est un anathème à la psyche française. Bien que peu sont disposés à
l’admettre, plusieurs des défenseurs de la bourgeoisie de M Sarkozy
sont motivés par la jalousie. Ils sont jaloux des avantages d’emploi
dont bénéficient les fonctionnaires, et sont manipulés par M. Sarkozy
pour qu’ils soutiennent sa politique qui dépouillerait les
fonctionnaires de ces avantages. Ce que les bourgeoisies ne comprennent
pas c’est qu’en supportant ce gouvernement maintenant, contre les
classes ouvrières, elles se préparent elles-mêmes un sort semblable
dans un proche avenir.


Ne nous y trompons pas, les seuls qui sortiront
gagnants de la "rupture" de Sarkozy seront l’élite, les grandes
sociétés internationales, ces vautours étrangers qui se serviront sur
les carcasses de la France. La classe moyenne qui pour le moment
soutient Sarkozy, perdra aussi son confort, seulement, elle ne le sait
pas encore. Ils croient qu’à travers quelque miraculeux mécanisme, ils
deviendront plus riches aux dépens de l’ouvrier ordinaire et que c’est
"juste", "nécessaire" et "moderne". L’élite régnante peut permettre
qu’une partie de la richesse de France soit "prêtée" aux bourgeoisies à
court terme, et les bourgeoisies peuvent être achetées pour quelques
euros, mais ce ne sera que passager et finalement illusoire.
Croyez-moi, je le sais. La banque c’est mon métier. Aux Etats-Unis et
au Royaume-Uni, le mécanisme employé pour suborner les bourgeoisies
était l’inflation de la propriété. Au cours de ces dernières années un
boom massif des prix en propriété a été machiné pour fournir l’illusion
de la richesse. Cependant, aujourd’hui, alors que les prix commencent à
chuter, cette richesse disparaît tandis que la dette qui a été faite
pour acquérir ces propriétés demeure bien réelle et de plus en plus
onéreuse, et provoquera à la fin la mort des bourgeoisies dans ces pays.


Mr Sarkozy est un homme intelligent et impitoyable. Il
sait qu’il ne peut pas persuader la France d’accepter le
néo-libéralisme, ni dans l’absolu directement le fascisme. Il se doit
de manipuler la France jusqu’à une position où ça deviendrait "un fait
accompli". Comment cette manipulation va-t-elle s’opérer ?
Revenir en haut Aller en bas
suite
Invité



MessageSujet: Re: Lettre ouverte au peuple de France   Jeu 6 Déc - 0:00

(suite)


C’est ce dont il était question juste avant le
commencement des récentes grèves françaises dans les discussions des
éditeurs de SOTT. Nous avons réalisé que la même situation s’est
produite au Royaume-Uni quand Margaret Thatcher est arrivée au pouvoir
en 1979 "promettant un programme non ambigü destiné à réduire la puissance et l’influence des syndicats",
et avec des plans soigneusement formulés d’une "rupture" du pouvoir de
la classe ouvrière britannique. Nous avons supposé que des tactiques
similaires pourraient être utilisées en France. Et, étant donné que je
travaille dans le secteur bancaire, on m’a demandé de faire des
recherches sur votre situation, peuple de France, et l’alternative pour
votre avenir.


La clef du succès de Margaret Thatcher’s dans sa
"rupture" au Royaume-Uni et l’instauration du néolibéralisme est due à
une préparation sur long terme :


Des
augmentations massives du chômage, en particulier parmi des minorités
raciales, ont été machinées tandis que le gouvernement manoeuvrait les
statistiques du chômage. En conséquence il y avait une éruption des
émeutes principales dans les secteurs les plus faibles de centre urbain.


Les
tactiques de police qui furent calibrées toutes ces années dans le nord
de l’Irlande ont été dévoilées à la face du public ; les années de
fausses attaques du drapeau en Irlande avaient conditionné l’esprit
public au besoin d’une police militariste massive et violente pour
"défendre la loi et l’ordre".


Des
chefs de syndicats ont été mis en place dont le comportement ne pouvait
qu’être décrit comme "lâche", affaiblissant de ce fait l’unité parmi
les syndicats.


Des
grèves dans les industries avec les syndicats les plus forts ont été
délibérément produites par la provocation. Une "guerre d’usure" était
combattue par des attaques dispersées du gouvernement sur une base
fragmentaire. Aucune de ces dernières n’étaient assez graves pour que
les travailleurs syndiqués de base se rendent compte qu’elles étaient
installées pour une confrontation importante à l’avenir.


De
nouvelles lois, limitant les droits de grève des travailleurs ont été
introduites quand les syndicats sortirent vainqueurs. Ainsi, le
gouvernement a sondé avec succès son ennemi, a observé ses réactions,
et a essentiellement rendu ses réactions illégales, enlevant la
capacité aux ouvriers d’exercer leurs droits et neutralisant leur
puissance.


Finalement, Thatcher était prête pour la bataille
finale. Son gouvernement a été réélu sur le dos de l’euphorisme
national produit par la guerre des Malouines et ses stratèges étaient
prêts pour tous hors du conflit avec les syndicats et les classes
ouvrières. La faiblesse des syndicats et les nouvelles lois qui
empêchent de faire grève sans un vote majoritaire dans un vote des
syndicats, a donné au gouvernement la résolution et l’appui public
nécessaires pour prendre finalement l’industrie la plus vulnérable dans
le pays, les mineurs.


La similitude avec la France est trop grande pour qu’on
l’ignore. Le travail du terrain a été effectué de manières semblables.
Tout comme Thatcher en 1982, Sarkozy est au commencement d’une nouvelle
ère et il réclame un mandat populaire. Margaret Thatcher a dit "Il n’y a pas d’alternative" et "The Lady ne fléchit pas", Sarkozy lui a dit "Nous
ne nous rendrons pas et nous ne nous retirerons pas... La France a
besoin de réformes pour faire face aux challenges que le monde impose
".


Supposons que Sarkozy n’ait pas seulement tirés ses
enseignement des Britanniques, mais aussi de toutes les confrontations
des travailleurs de tous pays ; il y a deux semaines nous avons spéculé
ceci :


1/ Sarkozy cherchera à placer l’ordre du jour et à
s’assurer que les médias concentrent une attention publique sur la
réforme où les syndicats auront la sympathie publique la plus faible et
la moins probable.


2/ Dans le but de marginaliser par la suite les
travailleurs dans l’esprit du public, des évènements violents vont se
produire, suite d’une manipulation, afin d’aliéner les grévistes au vu
des "gens normaux". Les médias détourneront ce dont ils traitent de
toute leur proportion concernant les événements impliqués.


3/ Les chefs des syndicats sembleront être gelés comme
des lapins dans des phares tandis que les médias se concentreront sur
le "mal" perpétré par ces événements sur l’industrie.


4/ 1, 2 et 3 ensemble causeront un dédoublement dans
l’opposition aux réformes - ce sera mis en éxergue par les médias quand
en toute probabilité le "dédoublement" serait un détail bien plus qu’un
principe fini. Ce sur quoi les médias se focaliseront sera l’opposition
entre les grévistes, et ceux qui veulent travailler.


5/ Les ministres gouvernementaux auront tout l’espace
et le temps nécessaire pour apparaître dans les médias et critiquer les
grévistes pour leur "égoïsme" ou leur "manque de responsabilité
sociale". Les grévistes seront accusés de "menacer la grandeur de la
France", "de refuser de se moderniser", "mettre les vies en danger",
"de tenir le pays en otage" et de "causer un chaos économique".


6/ La violence s’enflammant sera les points clés du
contact entre les grévistes et ceux s’opposant officiellement aux
grèves. Dans tous les cas ce sera les grévistes qui seront blamés. La
police sera amenée à "supprimer la violence" alors qu’en fait elle
l’accentue.


7/ Dans les quartiers populaires des évènement seront
mis en scène pour générer des réponses violentes de la part de la
"masse", et conditionneront donc le public pour qu’il ait besoin de la
police et des CRS "pour défendre la France".


8/ Les termes des négociations entre le gouvernement et
les syndicats seront gardés secrets ou simplement on refusera de les
dévoiler au public. Les vraies solutions seront si désavantageuses pour
les ouvriers qu’ils ne pourront pas les accepter, pendant ce temps on
focalise l’esprit public sur une "impossibilité de résoudre le
problème" et on en recueille la petite sympathie. Les travailleurs se
remettront en grève et descendront dans la rue.


9/ A ce niveau la violence éclatera sur les piquets de
grève et les CRS seront envoyés contre les grévistes. Des petits
groupes de grévistes seront montrés comme étant très violents. Ces
individus (probablement des agents provocateurs) seront utilisés pour
discréditer l’ensemble du mouvement travailleur et on demandera aux
chefs syndicaux de prendre de s’écarter de cette violence, remettant de
ce fait la victoire de Sarkozy dans l’arène de l’esprit public et dans
les esprits des ouvriers modérés.


Les évènements des deux dernières semaines prouvent que
nous avons raison. La stratégie de Nicolas Sarkozy a suivi nos
spéculations à la lettre, mais ce n’est que le commencement.


On a permis à Sarkozy de placer l’ordre du jour de la
réforme des retraites. La disposition pour la retraite anticipée pour
les ouvriers dans les travaux laborieux tels que les chemins de fer
était juste quand le travail était plus dur mais est maintenant
largement acceptée comme étant périmée. Aisément le sabotage mis en
scène a divisé l’opinion publique et les syndicats, les chefs syndicaux
ont gelé et rompu les rangs vendredi dernier sous le feu des médias que
le "sabotage" a généré. La violence a éclaté dans les Universités, et,
il y a cinq nuits, 3 jeunes sont tués dans un "accident" (NDLR:l’auteur
fait référence à l’accident de Villiers Le Bel où 2 jeunes et non 3 ont
été tués) avec la police, et les prévisibles "émeutes" s’en sont
suivies pour trois nuits. Tout concordant avec le plan !


Il est essentiel que tout le monde comprenne en France
que les récentes grèves ne portent pas sur si les cheminots auront une
pension particulière ou non. Ces grèves sont la lame du couteau de
l’économie néo-libérale portée dans l’âme de la France socialiste.


Pourtant il semble que la France s’est à nouveau
endormie et inconsciente des dangers. La France a été piégé dans l’idée
que le problème est la réforme des pensions. Un coup d’oeil à la place
relative donnée dans les médias aux grèves de la SNCF et du Metro
montrent l’étendue du contrôle de M. Sarkozy. Car, si une partie de la
grève de cheminots portait sur les pensions, de nombreux autres
travailleurs/employés sont opposés à des "réformes" qui illustrent bien
mieux la vraie nature de ’l’agenda’ de Sarkozy.


En permettant à M. Sarkozy et aux médias de se
concentrer principalement sur la réforme des pensions, les syndicats
ont offert à M. Sarkozy un avantage massif. En faisant marche arrière
sur le point crucial grâce auquel les français commençaient à voir la
valeur des droits des travailleurs dont beaucoup de personnes semblent
heureux de détruire, les syndicats leur ont donné la victoire et ont
divisé la précédente unité de l’opposition.


M. Sarkozy est une brute qui a établi catégoriquement
qu’il n’a pas à écouter à la volonté du peuple. C’est la façon dont
Tony Blair a traité les anglais et la façon dont George W. Bush a
traité les américains.


Est-ce cela que vous voulez pour la France ?


Il est douloureux pour beaucoup d’entre nous qui ont
largement applaudi lorsque le très peu aimé Jacques Chirac lorsqu’il a
mis son nez chez les américains et a dit "Non !" à l’invasion illégale
de l’Irak de voir ce qu’il arrive en France ; il est en fait troublant
de réaliser que M. Sarkozy reçoit toute sorte de soutien. Il est
certainement évident que les Etats-Unis s’effondrent, le système
financier mondial se tient au bord du chaos et le modèle économique
néo-libéral a été dévoilé comme n’étant rien d’autre qu’une version
moderne du pillage et de ’l’écumage’ du sombre passé. Donc est-ce que
M. Sarkozy a-t-il perdu la raison ? Ou a-t-il un ’agenda’ pour trainer
la France dans la ’fosse aux chiens’ [ou panier de crabes] avec le
reste du Capitalisme Désastreux ?


En dépit de ce que M. Sarkozy pourrait déclarer, basé
sur mes interactions avec les citoyens français, le peuple de France
n’accepte pas le bélicisme hégémonique global des USA et ne veulent pas
du Cauchemar Américain en France.


Plus que jamais dans toute son histoire, le peuple de
France doit se lever pour "Liberté, Egalité et Fraternité". Ne faites
pas d’erreur, c’est une guerre pour la liberté de la France - une
guerre secrète des volontés - qui doit être menée avec réflexion. Mais
par-dessus tout, vous devez résister avec vos cœurs, vos voix et tous
vos corps, car tout est mis en place pour vous diviser. Unis vous serez
debout, divisés vous tomberez.


Article original : Sott.net (EN) - ()
Revenir en haut Aller en bas
marc
Invité



MessageSujet: Re: Lettre ouverte au peuple de France   Dim 9 Déc - 2:36

ben alors je comprends pas, pourquoi ne viennent ils pas s'installer en France ?

ha merde, pas assez d'argent pour le billet d'avion, non?
Revenir en haut Aller en bas
Zell

avatar

Masculin Nombre de messages : 33
Age : 30
Localisation : Massalia
Date d'inscription : 05/12/2007

MessageSujet: Re: Lettre ouverte au peuple de France   Mar 11 Déc - 3:58

Ouf ! Bravo là je me sens mieux ! Après des jours à lire des articles de militants UMP pro-LRU m'incendiant tout azimut je me sens pls léger ! merci.

J'ai aussi dénoncé la venue de ce néo-totalitarisme avec vigueur mais sans grands échos ! Je me réjouis de voir un résumé brillant de la situation (bien que se soit étonnant qu'il soit fait par un banquier, non que je critique ce métier mais qu'il est plutôt chargé de connotations et d'orientations politiques souvent à juste titre d'ailleurs) !

Je te soutiens et t'approuve ! respect !


mon message (certes bsp moins foisonnant et illustré mais dans la continuation de cet avertissement) :

http://resistances.discutforum.com/search.forum?search_keywords=perte+de+rep%E8res&show_results=posts

ou pour les feignants : chercher "perte de repères" dans les messages (en haut dans "Rechercher")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lettre ouverte au peuple de France   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lettre ouverte au peuple de France
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lettre ouverte au President de la République.
» Lettre ouverte aux catholiques bien-pensants
» Bernard Kuntz dit vouloir "sortir de l'impasse" et adresse une lettre ouverte aux militants du SNALC sur le site de F.O.
» Lettre ouverte de Daniel-Ange aux auteurs, acteurs et promoteurs de Golgotha Picnic
» Lettre ouverte à Octo, l'administrateur du forum VSJ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DE COORDINATION NATIONALE ETUDIANTE :: VIE DU FORUM :: DISCUSSIONS GÉNÉRALES-
Sauter vers: